VIDÉO - États-Unis : l'inquiétante censure des livres dans les écoles de Floride

par E.R. | Reportage TF1 Axel Monnier, Alexandra Poupon
Publié le 25 mai 2023 à 11h25

Source : JT 20h Semaine

N'importe qui peut désormais demander le retrait d'un livre des bibliothèques scolaires de Floride.
Des centaines d'ouvrages ont déjà été censurés.
Le gouverneur Ron DeSantis, candidat à la présidentielle depuis mercredi, a aussi signé des lois pour bannir les cours sur l'esclavage, la ségrégation, l'homosexualité, ou encore les menstruations à l'école.

Le journal d'Anne Franck version bande dessinée jugé inapproprié pour les enfants, les BD Catwoman ou Persépolis trop osées. Même appréciation pour la série pour ados Vampire Academy à cause de scènes de nus. Ces livres ont, comme des centaines d'autres, été retirés des bibliothèques scolaires de Floride. 

Et pour cause, n'importe qui peut désormais demander le retrait d'un livre ou d'un DVD dans cet État du sud-est des États-Unis. Il suffit de remplir un formulaire de deux pages. Cette démarche ne nécessite même pas d'avoir lu ou vu l'œuvre en entier. "Ils doivent expliquer les raisons qui les poussent à s'opposer au livre, ensuite le principal a deux semaines pour étudier la demande et informer la personne de sa décision", explique Jennifer Deshazo, directrice communication des écoles du comté de Martin en Floride, dans le reportage de TF1 ci-dessus. 

"Les enfants sont parfois trop jeunes"

Cette mesure rassure certaines mères de famille, comme Jennifer Pippin, de l'association "Moms for Liberty" (Les mamans pour la liberté). "Je suis soulagée que ces livres aient été enlevés des écoles", confie-t-elle. 

Avec d'autres parents d'élèves, elle se bat pour que les programmes scolaires et les livres soient adaptés à l'âge des élèves. "Les enfants sont parfois trop jeunes pour lire des livres sur certaines thématiques, dont ils doivent plutôt parler avec leurs parents" explique-t-elle, estimant que ces retraits de livres "n'est pas de la censure ni de l'interdiction" du moment que les enfants y ont encore accès en dehors des établissements scolaires. 

Les cours en lien avec l'homosexualité et l'esclavage interdits

Derrière cette guerre culturelle se trouve le conservateur Ron DeSantis, gouverneur de Floride. Celui qui vient d'annoncer officiellement sa candidature à l'élection présidentielle américaine de 2024 face à Donald Trump a signé des lois pour bannir les cours sur l'esclavage, la ségrégation, l'homosexualité, ou encore les menstruations et renforcer le contrôle des parents sur le système éducatif. "Notre système scolaire doit servir à éduquer les enfants, pas à les endoctriner", a-t-il clamé lors d'un meeting. 

Une directrice d'école a même été poussée à la démission à la fin du mois de mars après avoir montré une image de David, une sculpture de Michel-Ange, sur laquelle des parties intimes étaient visibles. Certains parents d'élèves ont estimé qu'il s'agissait de contenus pornographiques, rapporte le Washington Post.

Avoir accès à "toutes les informations"

Mais en Floride, la riposte se prépare. De nombreuses associations tentent de défendre ces livres interdits. Une librairie de quartier organise par exemple des rencontres, des débats et met à disposition ces textes retirés des bibliothèques scolaires. "Je veux que mes enfants aient accès à toutes les informations", plaide Raegan Miller, de l'association "Florida Freedom to read" (La liberté de lire en Floride).

"La plupart de ces livres parlent de communautés gays ou noires, ils n'ont absolument rien de sexuel ou autre", assure la bibliothécaire Julie Miller, bibliothécaire.

Plus de 1200 livres ont été interdits aux Etats-Unis en 2022, soit le double de 2021.


E.R. | Reportage TF1 Axel Monnier, Alexandra Poupon

Tout
TF1 Info