VIDÉO - Japon : la vie "coupée du monde" des habitants d'un quartier de Tokyo, situé aux confins du Pacifique

par La rédaction de TF1info | Reportage : Constantin Simon, Aruna Popuri
Publié le 2 mars 2024 à 21h34, mis à jour le 3 mars 2024 à 9h25

Source : JT 20h WE

L'île volcan d'Aogashima est un quartier totalement inconnu de Tokyo.
Situé à 350 kilomètres de la capitale, aux confins de l'océan Pacifique, le territoire a été rattaché à la municipalité tokyoïte par convention administrative.
Mais l'ambiance y est bien différente.

Pour atteindre ce quartier de Tokyo, il faut parcourir 350 kilomètres depuis la capitale japonaise. Rattachée par convention administrative au territoire, l'île mystérieuse d'Aogashima est située aux confins de l'océan Pacifique. Sur ces neuf kilomètres carrés de terre hostile, ressemblant à un caillou dans l'océan, au milieu duquel se trouve un cratère, l'ambiance y est bien éloignée de l'ébullition constante qui règne dans la capitale japonaise.

Une vie au rythme du volcan

"C'est un peu comme si on était dans un rêve, coupé du monde", décrivent des touristes, venus visiter cette île où résident à l'année 160 habitants, dont 8 enfants. Les jeunes sont scolarisés jusqu'à quinze ans. Ensuite, ils sont obligés de quitter leur petit paradis. Pour les habituer à la circulation des villes, un feu tricolore a été installé. "C'est le seul feu de l'île. Il faut lever la main pour que les voitures puissent nous voir", explique dans le reportage TF1 en tête de cet article un jeune résident d'Aogashima. Après leurs études, ils l'assurent, ils reviendront et ne quitteront plus leur île.

Pour se nourrir, les habitants dépendent des livraisons assurées par bateaux et parfois perturbées par les aléas climatiques, très rudes. Les îliens peuvent aussi compter sur les terres fertiles du volcan pour les produits frais. Tout le monde est mobilisé, même l'ancien maire, Hiroshi Sasaki, devenu agriculteur de piment local. "Comme c'est une île volcanique, la chaleur de la terre est élevée, donc propice pour des piments savoureux. Nous tâchons de vivre en harmonie avec la nature, pour en tirer le meilleur", explique-t-il.

Cette harmonie est néanmoins fragile, car à tout moment, le volcan peut se réveiller. C'est ce qu'il s'est passé il y a trois cents ans. Presque la moitié des habitants de l'île avait alors péri et Aogashima était restée inhabitée pendant un demi-siècle. Mais depuis, leurs descendants sont déterminés à continuer à vivre aux confins du Pacifique.


La rédaction de TF1info | Reportage : Constantin Simon, Aruna Popuri

Tout
TF1 Info