Liz Truss, l'éphémère Première ministre britannique

Après la démission de Liz Truss, le come-back de Boris Johnson ?

Publié le 20 octobre 2022 à 17h34
JT Perso

Source : TF1 Info

Avec la démission de la Première ministre Liz Truss, jeudi 20 octobre, le parti conservateur va devoir se trouver une nouvelle tête d'affiche.
Un scrutin interne doit avoir lieu d'ici à la fin de semaine prochaine.
Pour la remplacer, plusieurs noms sortent du lot... dont celui de Boris Johnson, qui était encore au 10 Downing Street l'été dernier.

Elle aura tenu 44 jours, et pas un de plus. La Première ministre britannique Liz Truss a annoncé, jeudi 20 octobre, sa démission, 24 heures après assuré vouloir rester en poste. Mais, six semaines après son arrivée au 10 Downing Street, la successeure de Boris Johnson, dont le programme économique radical avait provoqué une crise politique et financière n'a eu d'autre choix que de renoncer. "Étant donné la situation, je ne peux accomplir le mandat pour lequel j'ai été élue par le parti conservateur. J'ai donc parlé à sa majesté le Roi pour lui notifier que je démissionne", a-t-elle déclaré, dans une très courte prise de parole.

Un scrutin interne au parti conservateur pour lui succéder aura lieu "d'ici à la semaine prochaine", a ajouté Liz Truss, qui devient la cheffe de gouvernement à être restée le moins longtemps à Downing Street dans l'histoire britannique moderne. Pour prendre sa suite, parmi la dizaine de prétendants de haut rang, quatre personnalités semblent mieux placées.

Rishi Sunak

Il était le candidat préféré des députés conservateurs. Battu par Liz Truss lors de la phase finale du processus de désignation du chef du parti cet été, l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak pourrait cette fois saisir sa chance. Le richissime ex-banquier de 42 ans a pour lui le fait d'incarner la figure rassurante de l'orthodoxie budgétaire. Pendant la campagne, il n'a eu de cesse de répéter que les baisses d'impôts non financées risquaient d'aggraver une inflation à un niveau record depuis des décennies et de saper la confiance des marchés. Les faits des dernières semaines lui ont donné raison.

Mais il se présente avec un handicap de taille : nombreux sont ceux parmi les fidèles de Boris Johnson qui voient en lui un traître dont la démission au début de l'été a précipité la chute de l'ancien locataire de Downing Street.

Rishi Sunak au côté de Liz Truss, le 21 août 2022.
Rishi Sunak au côté de Liz Truss, le 21 août 2022. - SUSANNAH IRELAND / AFP

Penny Mordaunt

Elle aussi candidate contre Liz Truss pour succéder à Boris Johnson cet été, la ministre chargée des relations avec le Parlement Penny Mordaunt a été la coqueluche des militants conservateurs en début de campagne. Charismatique, cette ancienne ministre de la Défense de 49 ans s'est illustrée face au Parlement où elle a remplacé Liz Truss face à l'opposition, défendant avec aplomb le changement de cap économique, et expliquant que la Première ministre "ne se cache pas sous un bureau". L'hypothèse d'un ticket avec l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak a même récemment émergé. 

Ben Wallace

Il figurait parmi les favoris dans la dernière campagne. Le ministre de la Défense Ben Wallace, qui avait finalement choisi de ne pas se lancer, a vu son nom ressurgir comme une possible figure d'unité pour le parti. S'il a toutefois semblé écarter ce scénario, en assurant dans le Times, mardi 18 octobre, vouloir rester à la Défense, il pourrait se laisser tenter. 

Boris Johnson

À moins que l'on assiste à un retour inattendu. Tel un phénix, l'ancien Premier ministre Boris Johnson pourrait renaître de ses cendres. "BoJo", qui s'imposerait comme un recours évident, serait en lice pour faire son grand retour. C'est en tout cas une hypothèse qui prend de l'épaisseur. "Nous avons besoin de quelqu'un qui peut venir, quelqu'un qui peut rassembler les gens, (...) et quelqu'un qui peut vraiment relancer ce parti, nous faire gagner à nouveau des élections", a assuré à Sky News le député conservateur Brendan Clarke-Smith. "La seule personne qui, à mon avis, coche toutes ces cases est Boris Johnson."

Lire aussi

Fort du triomphe électoral de la fin 2019, qui a accordé aux conservateurs une majorité inédite depuis Margaret Thatcher dans les années 1980, le héros du Brexit est néanmoins entravé par des boulets de taille. Son départ forcé par une succession de scandales dont celui des fêtes à Downing Street en violation des restrictions anti-Covid n'est pas si lointain et lui donne une part de responsabilité dans la débâcle actuelle de Liz Truss. Et, au moment où il embrasse une activité rémunératrice de conférencier à travers le monde, reste à savoir si Boris Johnson serait prêt à reprendre les commandes du parti à deux ans d'élections législatives, où les sondages promettent une victoire écrasante de l'opposition travailliste. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info