Ukraine : plus de sept mois de guerre

Le KGB a-t-il cherché à recruter Valérie Pécresse lorsqu'elle était stagiaire à Moscou ?

Frédéric Senneville
Publié le 1 juillet 2022 à 23h31
JT Perso

Source : TF1 Info

Lors de son stage de l'ENA, celle qui est aujourd'hui présidente du Conseil régional d'Île-de-France avait été approchée par un espion du KGB.
Sergueï Jirnov, devenu journaliste depuis, est celui qui avait alors tenté de recruter Valérie Pécresse.
Il raconte l'anecdote à Darius Rochebin sur LCI... que l'intéressée confirme, même si leurs versions diffèrent.

Alors âgée de 24 ans, la future candidate à l'élection présidentielle effectue en 1991 son stage de l'École nationale d'Administration (ENA) à l'ambassade de France à Moscou. C'est là que Valérie Pécresse aurait été approchée par Sergueï Jirnov, guère plus âgé. Invité sur LCI ce vendredi, l'ancien espion du KGB, qui a croisé Vladimir Poutine en plusieurs occasions alors que celui-ci travaillait également pour les services secrets soviétiques, raconte cette tentative de recrutement d'une Française (voir la vidéo en tête de cet article).

La première chose que vous vous dites, c’est que ça doit être un espion

Valérie Pécresse

Elle assure qu'elle l'a vu venir. "Vous savez, quand vous rencontrez (à Moscou) un jeune homme qui a 25 ans, et qui parle le français comme si c’était sa langue maternelle, la première chose que vous vous dites, c’est que ça doit être un espion". D'après Valérie Pécresse, qui s'entretenait avec Darius Rochebin depuis l'Ukraine où elle est en visite ce vendredi, la tentative de recrutement aurait tourné court, le risque étant trop connu dans le contexte de l'époque. "Autour de l’ambassade de France, en pleine perestroïka", se souvient-elle, "ne rôdaient que des gens qui voulaient avoir des renseignements sur notre beau pays".

Jirnov doute qu'elle l'ait démasqué à l'époque

Pourtant, Sergueï Jirnov s'étonne qu'elle soit aujourd'hui aussi catégorique. "En 1991", raconte ce critique inlassable de Poutine, "quand l’ENA a demandé à Valérie Pécresse de [confirmer] que j’étais journaliste à la télévision soviétique, elle l’a fait… Donc si elle avait compris tout de suite que j’étais au KGB, pourquoi suis-je finalement rentré à l’ENA ?" La biographie de l'espion atteste qu'il a effectivement passé 16 mois dans la prestigieuse école française entre 1991 et 1992, en même temps que Valérie Pécresse.

Lire aussi

D’après lui, qui estime qu'ils "se connaissent très bien", ils ont échangé des emails jusqu’à ce qu’elle devienne ministre de l'Enseignement et de la Recherche sous Nicolas Sarkozy en 2007, et que Valérie Pécresse lui envoie alors une lettre l’enjoignant "de ne plus jamais entrer en contact avec elle".


Frédéric Senneville

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info