En Turquie et en Syrie, le bilan du séisme du 6 février dépasse désormais les 33.000 morts.
Face à un tel désastre, les autorités locales sont souvent totalement dépassées.
C'est le cas dans la ville de Malatya, où 1300 victimes ont été enterrées en quelques jours.

Le cimetière de Malatya, en Turquie n'en finit pas de s'étendre, constate notre envoyée spéciale dans le reportage en tête d'article. Les pelleteuses travaillent jour et nuit, pour creuser des tombes dans l'urgence. Près de 1300 personnes ont perdu la vie, rien que dans cette ville. La plupart des corps ont été enterrés sans avoir pu être identifiés. Les employés du cimetière accrochent alors à la tombe un foulard, ou un bonnet retrouvé sur la personne décédée, pour que ses proches puissent plus tard l'identifier.

Il a aussi fallu faire venir des centaines de cercueils d'autres villes, principalement de la capitale Istanbul. Comme toutes les villes touchées, celle de Malatya, qui compte environ 400.000 habitants, n'était pas préparée à un drame d'une telle ampleur. Le bilan total du double séisme du 6 février, qui a secoué la Turquie et la Syrie, s'établit ce dimanche à 33.179 morts, dont plus de 29.000 du côté turc. Selon l'ONU, ce bilan pourrait encore "doubler". 


La rédaction de TF1info | Reportage : Sophie Chevallereau, Romain Reverdy

Tout
TF1 Info