La mort de neuf Palestiniens dans un raid de l'armée israélienne a provoqué une escalade du conflit israélo-palestinien.
Plusieurs attaques font craindre un nouvel embrasement.
Les appels à la retenue de l'étranger se sont multipliés.

La situation à Jérusalem est surveillée de près par la communauté internationale, après plusieurs jours marqués par des violences. Différents dirigeants étrangers ont multiplié les appels à la retenue, dans la crainte d'une nouvelle escalade entre les Israéliens et les Palestiniens.

Antony Blinken, attendu en Israël et en Cisjordanie

Le président français Emmanuel Macron a ainsi exhorté dimanche Israéliens et Palestiniens à "éviter des mesures susceptibles d'alimenter l'engrenage de la violence", selon un communiqué de l'Élysée. Le Pape François a, lui aussi, appelé les deux parties du conflit à engager des discussions. "La spirale de la mort qui grandit jour après jour éteint les rares lueurs de confiance qui existent entre les deux peuples", a-t-il par ailleurs déploré.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a demandé, lors d'entretiens téléphoniques avec ses homologues israélien et palestinien, d'éviter "toute action susceptible de provoquer une nouvelle dégradation". De son côté, le secrétaire d'État américain Antony Blinken est attendu à Jérusalem et Ramallah lundi et mardi pour évoquer des mesures en vue d'une désescalade. 

"L'Union européenne reconnaît pleinement les préoccupations légitimes d'Israël en matière de sécurité, encore justifiées par les dernières attaques terroristes, mais il convient de souligner que la force létale ne doit être utilisée qu'en dernier recours, lorsqu'elle est strictement inévitable pour protéger la vie", a aussi déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

Le porte-parole du secrétaire général des Nations unies a, quant à lui, partagé l'inquiétude d'Antonio Guterres, face à "l'escalade actuelle de la violence en Israël et dans les territoires occupés palestiniens". "Il est temps de faire preuve de la plus grande retenue", a-t-il ajouté. "Un dialogue et une coopération entre Israël et les autorités palestiniennes sont plus que jamais nécessaires afin d'éliminer la terreur", a enfin estimé une porte-parole du ministère des Affaires étrangères allemand dans un communiqué.

Au lendemain du raid israélien le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie occupée, suivi de tirs de roquettes de Gaza vers Israël et de frappes aériennes israéliennes de représailles, un Palestinien a tué vendredi sept personnes à Jérusalem-Est. Samedi, un autre a blessé deux Israéliens et dimanche, des gardes israéliens ont tué un Palestinien en Cisjordanie.


A. Lo.

Tout
TF1 Info