VIDÉO - Afflux de migrants à Lampedusa : "Je veux aller en France pour réaliser mes rêves"

par La rédaction de TF1 | Reportage Henri Dreyfus, Benoît Christal, Johan Maviert
Publié le 15 septembre 2023 à 14h16

Source : JT 13h Semaine

L'île de Lampedusa (Italie) fait face à une arrivée massive de migrants.
Plus de 7000 en 48 heures, c'est plus que la population locale.
Que vont-ils devenir et où vont-ils aller ?

L'effectif des douaniers a été doublé, ce vendredi matin, à Menton (Alpes-Maritimes). Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, l'avait annoncé en début de semaine, l'objectif est de limiter un afflux éventuel de migrants. La raison de cette présence policière renforcée, la voici. À des centaines de kilomètres plus au sud de l'Europe, Lampedusa fait face à une arrivée record de migrants. Plus de 7000 d'entre eux ont débarqué ce mardi et ce mercredi. 

C'est l'équivalent de la totalité de la population locale, un chiffre exceptionnel selon France terre d'asile. "Il y a eu des conditions météorologiques très particulières en méditerranée les jours qui ont précédé, donc il y a toute une série de personnes qui sont allés en Tunisie et en Libye, sans doute prêtes à partir", explique Delphine Rouilleault, directrice générale de France terre d'asile.

"Il faut se répartir un peu le fardeau (...), les pays européens prennent inégalement leur part.
Catherine Colonna, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Cette petite île italienne est l'une des principales portes d'entrée continentale. Mais face à cet afflux inédit, le centre d'accueil est totalement saturé. Certains tentent de s'échapper pour poursuivre leur périple vers le nord de l'Europe. Il est impossible de prévoir le nombre de migrants qui arriveront dans les prochains jours. "Aujourd'hui, il n'y a eu qu'un seul accostage de bateau à Lampedusa, mais on ne peut pas savoir de quoi l'avenir porche sera fait", rapporte Rosario Valastro, président de la Croix-Rouge italienne.

Une fois en Europe, chacun a ses propres aspirations. "Je veux aller en France pour que je puisse réaliser mes rêves. Je veux aider ma famille", lance dans la vidéo du 13H de TF1 en tête de cet article un migrant guinéen. Face à cette pression migratoire, l'Hexagone réclame une répartition solidaire au sein de l'Union européenne. "Il faut se répartir un peu le fardeau, vous savez que la France prend sa part, que les pays européens prennent inégalement leur part et certains même s'y refusent", a déclaré Catherine Colonna, ministre de l'Europe et des affaires étrangères. L'Allemagne a par exemple annoncé suspendre l'accueil volontaire de demandeurs d'asile en provenance d'Italie.


La rédaction de TF1 | Reportage Henri Dreyfus, Benoît Christal, Johan Maviert

Tout
TF1 Info