Une réunion d'urgence sera organisée par Gérald Darmanin à propos de la crise migratoire sur l'île de Lampedusa, en Italie.
Près de 7000 migrants sont arrivés sur 120 embarcations différentes.
Or, le centre d'accueil de l'île ne dispose que de 400 places.

C'est le chaos dans le centre d'accueil de Lampedusa (Italie). Les migrants s'enfuient devant des policiers italiens qui baissent les bras. Et pour cause, 4000 personnes s'entassent dans un camp prévu pour 400 réfugiés. Ils viennent du Soudan, de Guinée ou du Tchad. Parfois, ils sont secourus directement par les habitants de l'île. 

La France renforce ses contrôles

Ils sont arrivés à bord d'embarcations, plus de 120 en à peine trois jours. Ce sont 7000 réfugiés d'Afrique noire qui tentent la traversée après la fin des intempéries. Leurs points de départ, Tripoli, en Libye, et surtout le port de Sfax, en Tunisie, moins contrôlé.

Pour faire baisser la pression, l'Italie les évacue vers la Sicile, à bord de ferries, alors qu'elle doit, en théorie, étudier leur demande d'asile. "Ils partent ensuite vers le nord de l'Europe, c'est-à-dire Vintimille, à la frontière française, ou vers la Suisse", affirme dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article, Andrea Costa, président de l'ONG italienne Baobab Experience. La France annonce renforcer ses contrôles à la frontière, à Menton. Depuis le début de l'année 2023, 115.000 migrants ont emprunté cette route, un record depuis 2016.


La rédaction de TF1 | Reportage Benoît Christal, Liouna Abeil

Tout
TF1 Info