La solidarité s'organise dans l'Hexagone au sein de la communauté marocaine.
L’Élysée a renouvelé ce dimanche matin sa proposition d'envoi de sauveteurs et de matériel.
Mais pour l'instant, le Maroc n'a pas donné son feu vert et n'a sollicité que l'Espagne.

Des secouristes bénévoles arrivent à l'aéroport de Lyon. Dans quelques minutes, leur avion va décoller pour Marrakech avec les valises pleines de matériel médical que nous découvrons dans le reportage ci-dessus. Des seringues, des compresses : la priorité est aux premiers soins des victimes. 

Des initiatives partout en France

Depuis l'aéroport de Nice, quatre maîtres-chiens spécialisés dans la recherche de victimes sont partis pour le Maroc. Dans toute la région secouée par le séisme vendredi soir, des maisons se sont effondrées sur leurs habitants. Les zones les plus touchées sont aussi celles les plus difficiles à atteindre pour les secours, dans les zones montagneuses isolées.

Ceux qui ne partent pas organisent la solidarité depuis la France. Dès samedi matin, Kamel Bara se mobilise pour solliciter la communauté franco-marocaine de Saint-Amand-les-Eaux (Nord). Il a lancé un appel aux dons, déjà largement entendu. Ce dimanche matin, il reçoit du matériel d'urgence, mais aussi de l'argent récolté par des familles franco-marocaines.

Des petits gestes analogues se multiplient partout dans le pays. À Avignon (Vaucluse), le van du gérant d'une agence de voyage est prête à partir, chargée de matériel médical. La communauté marocaine du Vaucluse est l'une des plus importantes de l'Hexagone. Les dons affluent de toutes parts. Plusieurs régions ont également débloqué des fonds, pour un montant total d'1,5 million d'euros. Et du côté des associations, les appels aux dons se multiplient. Mais des ONG déplorent que le Maroc bloque pour l'instant certaines aides humanitaires.


La rédaction de TF1info | Reportage : Noé Gandillot, Sébastien Hembert, Pierre Gallacio

Tout
TF1 Info