Après le coup d'État survenu au Niger, les expatriés français sont bloqués sur place.
Ils sont environ 600 dans le pays.
Après les violentes manifestations anti-françaises qui ont éclaté dimanche, ils sont contraints de prendre toutes les précautions.

Devant l'ambassade de France de Niamey, caillassée par les manifestants, le drapeau français brûlé. Ces scènes de violences, Jean-Sébastien les a vues depuis son appartement dimanche.  Il y est cloîtré depuis cinq jours. "Je ne crains pas pour ma sécurité. On est astreints à résidence. Pour ma part, je travaille pour une organisation internationale, et la consigne est de rester à la maison."  Installé au Niger depuis trois ans, il se dit préoccupé, mais garde confiance. "C'est une vraie surprise, on n'a jamais senti une hostilité anti-française ou contre les étrangers de manière générale. Le Niger est connu pour son hospitalité."

Environ 600 Français vivent au Niger, à l'image de Sophie Lassan, enseignante, référente dans son quartier en lien avec l'ambassade : "Depuis trois jours, on nous demande de recenser les Français présents dans la capitale ou dans le pays, dans la perspective d'un regroupement ou d'un rapatriement si la situation devait dégénérer." 

Consignes du Quai d'Orsay

Au lendemain d'un dimanche de violences, les Français se montrent prudents, comme nous l'explique la correspondante de TV5 Monde sur place : "Les rues de Niamey ont retrouvé leur calme, tout le monde a repris le chemin du travail, explique Anne-Fleur Lespiaut. Les ressortissants français suivent les consignes du Quai d'Orsay et restent chez eux en attendant de voir comment la situation évoluera." 

En attendant, la France a suspendu ses opérations de développement au Niger, ainsi que ses opérations militaires. 1500 soldats français sont actuellement engagés dans le pays. 


La rédaction de TF1 | Reportage Esther Lefebvre, Coline David

Tout
TF1 Info