VIDÉO - Déploiement de troupes, exercice militaire... Comment l'Otan répond aux menaces russes

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : A. Bourdarias, H. Riou Du Cosquier
Publié le 4 mars 2024 à 11h17

Source : JT 20h WE

Ces derniers jours, plusieurs alertes ont poussé les capitales européennes à hausser le ton face à des actions russes.
Le 20H de TF1 se penche sur la réponse de l'Otan.

C’est un exercice militaire inédit depuis la fin de la guerre froide : 90.000 soldats de tous les pays membres de l’Otan s'entraînent conjointement, un peu partout en Europe. Et pour la toute première fois ce week-end, des soldats suédois y ont participé, alors que le pays n’est pas encore officiellement membre de l’alliance.

"Compte tenu de la situation sécuritaire actuelle en Europe, c'est la bonne voie à suivre", commente face à la caméra du 20H de TF1, dans le reportage visible en tête de cet article, Stefan Appel, commandant des garde-côtes suédois.

Le retour d'un positionnement russe particulièrement agressif.
Sébastien Lecornu, le 22 février

L’objectif de ces opérations est de consolider la réactivité des forces de l’Otan, dans un contexte de plus en plus tendu avec Moscou. En témoigne l’interception, il y a quelques jours, de deux avions de chasse russes par des Mirage français au large des côtes estoniennes. Et ce n’est pas le premier incident de ce type, d'après notre ministre des Armées. "Il y a un mois (...), un système de contrôle aérien russe a menacé d'abattre des avions français en mer Noire alors que nous étions dans une zone internationalement libre. Nous avons le retour d'un positionnement russe particulièrement agressif", détaillait à l'antenne de RTL, le 22 février, Sébastien Lecornu.

Autre provocation de Moscou ces derniers jours : la publication d’une conversation confidentielle d’officiers allemands, sur l’utilisation de missiles de croisière par l’armée ukrainienne, en vue de détruire le pont de Crimée. Une fuite jugée très grave par le chancelier allemand, qui a ordonné l'ouverture d’une enquête. 

"La menace entre la Russie et l'Otan, depuis la fin de la guerre froide, n'a jamais été aussi tendue. Donc ce n'est pas pour rien que la France, ainsi que l'Allemagne, ont déployé des troupes à l'est de l'Europe pour faire face à cette menace", indique le lieutenant colonel Vincent Arbarétier, historien militaire.

Lundi 26 février, Emmanuel Macron n'excluait pas d'envoyer des troupes sur le sol ukrainien. Une déclaration qui a largement divisé au sein de l'Otan. Moscou, de son côté, avertit : un tel déploiement rendrait inévitable un conflit généralisé 


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : A. Bourdarias, H. Riou Du Cosquier

Tout
TF1 Info