Ce jeudi à Pékin, au deuxième jour de sa visite d'État, Emmanuel Macron a été reçu avec faste par le président chinois, Xi Jinping.
Il a été question de la guerre en Ukraine, mais aussi de business.

Pas un faux pas, pas une fausse note et une cérémonie pour le moins martial. Jeudi 6 avril, aux portes de la Cité interdite à Pékin, même La Marseillaise était rythmée par 21 coups de canon. Pour ses retrouvailles avec Emmanuel Macron, le président Xi Jinping voulait mettre en scène une relation apaisée. Mais dès la première discussion, la guerre en Ukraine s'invite au menu. Et le chef de l’État espère convaincre la Chine de jouer les médiateurs : "je sais pouvoir compter sur vous pour ramener la Russie à la raison et tout le monde à la table des négociations".

Xi Jinping "lance un appel à la communauté internationale"

Emmanuel Macron craint notamment que la Chine, officiellement neutre, ne livre des armes à la Russie. Au terme de plusieurs heures de discussion, le doute n'est pas toujours dissipé. Mais Xi Jinping plaide pour ouvrir des négociations de paix. "Nous lançons un appel à la communauté internationale à garder la raison et la retenue, et à s'abstenir de tout acte susceptible de conduire à un dérapage de la crise", a déclaré le président chinois.

Dans ses valises, le président français est venu avec une cinquantaine de chefs d'entreprise et 26 contrats à signer. Le constructeur Airbus, par exemple, vient d'acter le doublement de sa capacité de production d'avions sur le sol chinois.


La rédaction de TF1info | Reportage M. Desmoulins, S. Bougriou, N. Bergeot

Tout
TF1 Info