VIDÉO - Guerre Israël-Hamas : y a-t-il un risque de famine généralisée à Gaza ?

par JC | Reportage TF1 : Laurence de Juvigny, Camille Dalicieux
Publié le 1 mars 2024 à 21h15

Source : JT 20h WE

La communauté internationale demande l'ouverture d’une enquête indépendante après la bousculade meurtrière survenue jeudi à Gaza lors d'une distribution d'aide alimentaire.
Toute distribution de nourriture devient extrêmement délicate à Gaza.
Un enfant sur six souffre de malnutrition aiguë.

C’est une vidéo diffusée ce vendredi 1er mars. On aperçoit sur ces images des corps sans vie sur des camions venus apporter de l’aide humanitaire à Gaza. La foule affamée, venue chercher de la nourriture et prise sous des tirs, est paniquée. Que s’est-il passé jeudi pour que 115 personnes, selon le Hamas, plusieurs dizaines, selon Israël, perdent la vie à Gaza lors d’une distribution d’aide alimentaire ? Le convoi humanitaire était encadré par l’armée israélienne. Selon l'État hébreu, ses soldats se seraient sentis menacés et auraient procédé à des tirs de sommation. Ce drame est injustifiable pour l’ONU, qui a décidé d’ouvrir une enquête.

Sur la bande de Gaza, la situation est figée depuis des semaines. "On veut manger car on est en train de mourir de faim. Sinon, pourquoi prendrait-on le risque de se faire tuer en venant ici ?", témoigne un habitant dans le reportage du 20H de TF1 visible en tête de cet article. Faute de nourriture, les habitants sont contraints de manger des mauvaises herbes et du pain mélangé à du sable. 

Des colis largués par les airs

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans le territoire assiégé par Israël, en particulier dans le nord. Une famine "est quasiment inévitable si rien ne change", a de nouveau averti ce vendredi le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke. Un enfant sur six souffre de malnutrition aiguë. 

L’aide humanitaire peine à atteindre la bande de Gaza. À la frontière égyptienne, pourtant, plusieurs milliers de camions sont présents. Mais ils sont ralentis par des contrôles israéliens. "Le rythme d’entrée est extrêmement faible parce que le contenu de chacun de ces camions est très vérifié. La pénurie est organisée", affirme Isabelle Defourny, présidente de Médecins sans frontières France.

Quelques camions réussissent à franchir les deux seuls points de passage au sud de la bande Gaza, mais très peu parviennent jusqu’au nord de ce territoire. Leurs cargaisons sont en effet aussitôt prises d’assaut par une population affamée. Faute de mieux, certains pays comme la France et la Jordanie larguent des colis par les airs.


JC | Reportage TF1 : Laurence de Juvigny, Camille Dalicieux

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info