VIDÉO - Prisonniers palestiniens echangés contre des otages israéliens : des figures emblématiques pour le Hamas

par La rédaction de TF1 | Reportage : Ignacio Bornacin
Publié le 27 novembre 2023 à 11h40, mis à jour le 27 novembre 2023 à 12h05

Source : JT 20h WE

Entre Israël et le Hamas, la trêve est fragile mais tient depuis trois jours.
Un nouveau groupe d'otages a pu retrouver ses proche ce dimanche.
En contrepartie, 39 prisonniers palestiniens ont été relâchés, dont certaines figures emblématiques.

Dans des camions de la Croix-Rouge, pour le troisième soir consécutif, des otages Israéliens et étrangers quittent la bande de Gaza. Ce dimanche soir, une nouvelle fois, trois familles, des mères et leurs enfants sont libérées par le Hamas. Depuis vendredi, Israël obtient, comme il l'avait exigé, de ne pas séparer les mères et leurs enfants. En échange, Israël libère des prisonniers palestiniens, 39 encore ce dimanche. Qui sont-ils ?

Qui sont ces Palestiniens libérés ? Seulement ceux qui n'ont jamais commis de crime de sang, mais condamnés pour des jets de pierres sur les forces israéliennes, des actes de rébellion. Une fois libre, beaucoup tiennent des discours martiaux. Parmi ces prisonniers remis en liberté, on compte aussi des figures emblématiques comme Israa Jaabis, une femme brûlée au visage. Condamnée à 11 ans de prison, sa voiture avait explosé devant un barrage israélien en 2015, la blessant, elle, ainsi qu'un policier. Son visage était brandi lors de plusieurs manifestations. 

Ces libérations, nombreuses et symboliques, bénéficient au Hamas. Cela permet de "montrer que le Hamas n'abandonne pas ses combattants, de montrer sur la scène palestinienne que le Hamas est le seul acteur capable de contraindre Israël et donc de gagner en popularité et enfin de récupérer des personnes qui pourront ensuite servir à renforcer le mouvement", analyse Amélie Ferey, docteure en Sciences politiques, chercheuse à l'Ifri.

Dans la bande de Gaza, il y aurait encore 180 otages, des femmes et des enfants français, comme le petit Ethan, âgé de 12 ans, mais aussi un petit bébé de 10 mois et son frère de 4 ans, Israéliens. Pourquoi ne sont-ils pas libérés en priorité ? Peut-être parce que tous les otages ne seraient pas entre les mains du Hamas. 


La rédaction de TF1 | Reportage : Ignacio Bornacin

Tout
TF1 Info