Le mouvement terroriste a lancé une attaque sans précédent contre le territoire d'Israël samedi.
Des commandos ont franchi la séparation entre la bande de Gaza et l'État hébreu, une opération coordonnée qui a donné lieu à de véritables massacres.
Le 20H de TF1 retrace leur déroulement.

L'attaque était coordonnée. Une intrusion sur terre et dans les airs, menée par le Hamas contre Israël. Samedi 7 octobre, l'État hébreu a été frappé par la stupeur en découvrant les premières images des combattants du groupe terroriste sur son territoire. Un effroi qui a rapidement laissé place à l'horreur devant les massacres perpétrés par le mouvement islamiste. Une attaque sans précédent et minutieusement préparée. 

Dans une vidéo de propagande de deux minutes, le mouvement islamiste affiche son mode opératoire. Dès 6h30 samedi, il lance son attaque avec des drones qui aveuglent les gardes israéliens en larguant des explosifs sur les caméras et les détecteurs de mouvement répartis sur le mur de séparation entre Gaza et Israël. Puis plusieurs milliers de roquettes sont lancées sur Israël. Simultanément, des hommes du Hamas s'introduisent en parapente, en pick-up et à moto sur le territoire hébreu. 

Fêtes religieuses et démobilisation

Comment expliquer que le Hamas ait pu si facilement faire exploser et arracher une partie de la barrière de séparation ? Une partie de l'explication réside dans le fait que les patrouilles de l'armée israélienne étaient moins nombreuses ce jour-là. Car l'attaque a été lancée en plein Shabbat, le repos hebdomadaire juif, et alors que le pays venait de célébrer la fête de Souccot. "C'est une période de fête religieuse, un grand nombre de militaires étaient en permission, d'autres étaient occupés en Cisjordanie où il y avait de troubles. Et le temps de mobilisation et de rappel des troupes a laissé aux terroristes du Hamas un laps de temps considérable", explique Pierre Servent, consultant militaire pour TF1-LCI, dans le reportage du JT de TF1 en tête de cet article.

Des hommes armés ont ainsi franchi le mur de séparation entre Gaza et Israël long de 65 km. Au moins sept points de passage terrestres ont été dénombrés auxquels il faut ajouter des incursions aériennes et maritimes. Pour tromper la population, des membres du Hamas ont même utilisé des pick-up blancs, quasi similaires à ceux de la police israélienne.

Chaque groupe avait un objectif bien précis : les kibboutz de Kfar Aza, Be'eri, Reïm ou encore Nir Oz. Des sites dans lesquels les populations ont été massacrées. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a qualifié cette attaque, la plus meurtrière depuis la création de l'État d'Israël il y a 75 ans, de "sauvagerie jamais vue depuis la Shoah". L'armée a fait état de 1200 morts en Israël, la plupart des civils. Les représailles israéliennes ont tué à Gaza 1055 personnes, dont de nombreux civils, selon les autorités locales.


Annick BERGER | Reportage TF1 : Sophie Chevallereau et Pierre Brame

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info