VIDÉO - "Touche pas à mon four à bois !" : la révolte des pizzaiolos new-yorkais

par La rédaction de TF1info | Reportage A. De Précigout, S. Roland
Publié le 4 juillet 2023 à 10h24, mis à jour le 4 juillet 2023 à 17h07

Source : JT 20h Semaine

New York veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre.
Dans son viseur, notamment, les fours à bois et à charbon dont se servent de nombreuses pizzerias.
Les correspondants de TF1 aux États-Unis vous racontent la polémique que suscite cette mesure.

C’est une annonce qui fait enrager les amateurs de pizzas. Cela fait 30 ans que Scot Cosentino tient l’une des pizzerias les plus réputées de New York. Mais depuis quelques jours, il est en colère, car la ville trouve que son four à bois est trop polluant. "Touche pas à mon four à bois", résume-t-il. Et d'ajouter : "Ça n'a aucun sens. Il reste seulement une poignée de fours à bois. On a une empreinte carbone dérisoire", peste-t-il face à la caméra du 20H, dans le reportage ci-dessus des correspondants de TF1 aux Etats-Unis. 

20.000 euros rien que pour installer un système de filtration

Les Américains sont les plus gros mangeurs de pizzas du monde : ils en engloutissent 3 milliards par an, dont une bonne partie à New York. Mais les vieux fours à bois de la ville  dégagent des particules fines, nocives. Ils devront donc bientôt être équipés d’un très coûteux système de filtration ou passer à l’électrique. La mesure, très contraignante, est difficile à avaler pour les puristes. 

Sur les images de notre reportage, un militant n’hésite pas à manifester son mécontentement devant la mairie en jetant... des parts de pizza. "New York ne vaut rien sans ses pizzas", clame-t-il. Le sujet, lui, semble partager les habitants de la ville. 

Pour continuer à utiliser leur four à bois, certains restaurateurs ont sorti le chéquier. L'un d'eux nous montre son système de filtration des particules, pour lequel il a dépensé 20.000 euros, rien que pour l'installation. "La maintenance a lieu toutes les deux semaines et ça me coute environ 2500 euros par mois", détaille-t-il. 

Ce haro sur les fours à bois peut sembler anecdotique, mais souligne les sérieux problèmes de pollution qui touchent la ville. D’ailleurs, New York devrait très rapidement prendre d’autres mesures plus contraignantes encore. Un péage urbain pourrait ainsi voir le jour dès 2024.


La rédaction de TF1info | Reportage A. De Précigout, S. Roland

Tout
TF1 Info