PACIFIQUE - Après une éruption sous-marine dans les îles Tonga, des territoires situés à plusieurs milliers de kilomètres ont été touchés par des vagues de presque deux mètres. Si aucune victime n'est à déplorer, dans certains ports les dégâts ont été colossaux.

Une éruption marine et des dégâts à près de 10.000 km. Ce samedi 15 janvier, une violente éruption s'est produite au cœur de l'océan Pacifique. Celle du volcan "Hunga Tonga". Si, heureusement, aucune victime n'a été recensé 24 heures plus tard, les dégâts matériels sont impressionnants.

Il aura suffi de quelques minutes pour que l'océan s'engouffre dans les rues de Paracas (Pérou). Dans cette ville du sud du pays, les meubles et paillotes ont été emportés et balayés par les flots. Par sécurité, une vingtaine de ports péruviens avaient été évacués. 

L'onde, massive, a été ressentie à près de 10.000 km à la ronde autour du volcan, des États-Unis au Chili. Sur les côtes chiliennes, les vagues ont atteint 1,74 m. 

Au Japon, les autorités avaient fait le choix de suspendre une partie des liaisons ferroviaires et aériennes. En revanche, dans les ports les dégâts ont été conséquent. De nombreux bateaux se retrouvés sens dessus dessous, qu'il s'agisse des ports japonais ou néo-zélandais, à 9.000 km de distance.

L'eau néo-zélandaise contaminée ?

Dans l'archipel près de l'Australie, le gouvernement redoute désormais une contamination des ressources en eaux du pays, déjà fragiles. La menace de tsunami n'y est plus d'actualité. 

Plus près du volcan, aux Tonga, les communications ont été coupées ce samedi suite à la catastrophe naturelle. L'une des îles de cet archipel aurait été recouverte "d'un épais nuage de cendre volcanique, mais sinon la situation est calme et stable", a expliqué la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Arden.


Benoit Leroy - Vidéo : Quentin Fichet

Tout
TF1 Info