Ukraine : onze mois de guerre

REPORTAGE - Guerre en Ukraine : comment Kiev et Moscou se livrent une bataille de drones kamikazes

Léa Tintillier | Reportage TF1 Benoît Christal, Basile Bonne, Paul Bouffard
Publié le 3 novembre 2022 à 21h19
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les Ukrainiens et les Russes utilisent de plus en plus de drones.
Des armes qui ratent rarement leur cible.
L’armée ukrainienne prévoit de doubler ses capacités d'ici aux prochains mois.

Des soldats ukrainiens s’approchent à une trentaine de kilomètres de Kherson. Ces hommes envoient chaque jour des drones d’attaque vers les positions russes. Leur première crainte ici est de subir une riposte immédiate de l’ennemi dès leur arrivée. Leur arme : un drone de fabrication ukrainienne financé par des donations privées, équipé de trois kilos d’explosifs. 

Le drone est ensuite installé sur une catapulte. C’est le moment le plus risqué, car les munitions de ce drone peuvent être instables. "C’est dangereux les gars, ça peut exploser. Cassez-vous, allez dans la tranchée tout de suite", prévient le chef. Produit par une petite entreprise, ce drone peut voler à 400 mètres d’altitude et échapper à la défense antiaérienne des Russes. 

Dans la tranchée, nous retrouvons son pilote. C’est un vétéran de l’armée américaine. Les renseignements fournis par les États-Unis sont d’ailleurs essentiels dans ce genre d’opération. "On a des photos satellites de la cible. L’opération est bien planifiée et le pilote sait exactement où se rendre", explique Andrii, un soldat de l’armée ukrainienne, dans le sujet en tête de cet article. 

Deux fois plus de drones dans les prochains mois

Leur objectif : une tranchée de l’armée russe. "On est à 90 mètres. Ça va aller, ça sera un peu juste", dit le pilote aux autres soldats. Sur les images transmises par le drone, en quelques secondes, les obus atteignent la position russe. "On a eu la cible. Les Russes n’auraient pas dû venir ici. Ils viennent sur nos terres pour nous tuer. Devinez quoi, on leur rend la pareille", clame le pilote. 

Malgré tout, les Ukrainiens savent qu’ils ne gagneront pas la guerre uniquement avec des drones. Mais ici, à Kherson, on assiste à une course technologique entre les deux camps afin d’obtenir l’avantage qui permettrait de changer le cours du conflit. 

De l’autre côté, les drones kamikazes russes détruisent l’artillerie ukrainienne dans la région de Kherson. Ou encore des drones fournis par l’Iran à Moscou qui visent les installations civiles ukrainiennes. 

Lire aussi

Le mois dernier, l’Ukraine a riposté par une attaque sans précédent : une dizaine de drones maritimes et sous-marins ont été envoyés dans le port de Sébastopol. Une opération non revendiquée, mais saluée par tous les Ukrainiens. "Je ne ferai pas de commentaires. Je n’ai pas d’infos là-dessus. On est au XXIᵉ siècle. C’est une guerre de drones et d’artillerie", déclare un soldat. Ce jour-là, la mission de cette équipe se finit bien. L’Ukraine affirme vouloir doubler ses capacités en drones ces prochains mois afin de remporter la bataille de Kherson. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Benoît Christal, Basile Bonne, Paul Bouffard

Tout
TF1 Info