La reine Elizabeth était un être cher pour les Britanniques.
Sa disparition est un choc pour tout un pays.

L'Union Jack est en berne ce vendredi matin et les habitants d'Aylesford, dans le Kent, se sont rassemblés autour du marchand de journaux. Mais la livraison a pris du retard. Parce qu'aujourd'hui, les exemplaires du Times, du Sun ou du Daily Mail sont attendus comme des objets sacrés. Ici, presque tous n'ont connu qu'Elizabeth II icomme souveraine. "Ce n'est pas une grande surprise, mais ça reste un vrai choc de perdre quelqu'un qu'on a connu toute notre vie", dit un jeune habitant. Christine, elle, se souvient du couronnement qu'elle avait suivi à la télévision. Soixante-dix ans plus tard, elle voue toujours une profonde admiration à la reine.

À l'école, le programme des prochains jours a été bouleversé. Jim Holditch, le directeur a tenu à venir personnellement dire un mot aux élèves afin qu'ils soient conscients de vivre un moment d'histoire. La reine n'était pas que dans le cœur de ce village. Elle est partout sur les maisons, sur les grilles aussi, comme ici où l'on voit ses initiales et une rose qui vient d'être déposée de la couleur de ses sacs à main préférés.


TF1 | Reportage M. Fiat, G. Delobette

Tout
TF1 Info