L'info passée au crible
Verif'

Invasion de l'Ukraine : la guerre des images continue sur les réseaux sociaux

Felicia Sideris
Publié le 26 février 2022 à 19h08, mis à jour le 1 mars 2022 à 17h27
De nombreuses vidéos et photos partagées à l'occasion de la guerre en Ukraine sont trompeuses.

De nombreuses vidéos et photos partagées à l'occasion de la guerre en Ukraine sont trompeuses.

Comme pour chaque conflit désormais, les affrontements au sol s'accompagnent d'une guerre des images en ligne.
Depuis vendredi, de nouvelles vidéos supposées illustrer la guerre en Ukraine ont fait leur apparition.
Que ce soit du côté russe ou du côté ukrainien, bon nombre d'entre elles se révèlent trompeuses.

C'est une autre forme de conflit, tout aussi importante. Celle de l'image. Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, ce jeudi 24 février, Russie et Ukraine s'opposent aussi sur les réseaux sociaux. Pour provoquer l'empathie pour son camp ou critiquer la partie adverse. Et sur le front ukrainien, les envahisseurs sont dépeints comme des barbares, quand les Ukrainiens sont présentés en héros prêts à tout pour sauver leurs terres.

Un pilote surnommé "le fantôme de Kiev" a-t-il été filmé en train d'abattre un avion de chasse russe ?

Héros parmi les héros, un certain "fantôme de Kiev". C'est le surnom choisi par certains internautes pour un pilote de l'aviation ukrainienne qui aurait abattu "six avions russes" lors du seul premier jour de l'offensive dans la capitale, le 24 février. Une prouesse notamment partagée par le ministère ukrainien de la Défense, qui a qualifié le pilote de "vengeur volant" dans un tweet partagé ce vendredi. Des publications accompagnées d'une vidéo, supposée montrer les prouesses de ce membre de l'armée de l'Air, sur laquelle on voit un avion en train d'abattre un autre engin en plein air.

Sauf que cette vidéo, vue plusieurs centaines de milliers de fois, est complètement fictive. Puisqu'elle est issue d'un jeu vidéo. On en retrouve en effet la trace le jour-même sur le compte de l'utilisateur YouTube "Comrade_Corb". Dans la légende qui accompagne ces images, il écrit avoir créé cette séquence à partir d'un jeu de simulation de vol, "Digital Combat Simulator". Ce n'est pas la première fois que des images issues de jeux vidéo sont utilisées pour illustrer la guerre en Ukraine. Comme nous vous l'expliquions ici jeudi, un tweet relayé plusieurs milliers de fois témoignait quant à lui des événements en cours avec des images tirées du jeu vidéo "War Thunder", sorti en 2012.

Quant à l'existence de ce "fantôme de Kiev", aujourd'hui, rien ne prouve son existence. En tout cas, le bilan des autorités ukrainiennes permet de douter de son existence. Selon l'état-major des forces armées de l'Ukraine, dix avions ont été détruits pendant la première journée de combat. Difficile à croire qu'un seul pilote serait à l'origine de la moitié de ces pertes ennemies. 

Un tank russe détruit à coups de cocktails Molotov ?

Ceci dit, pas vraiment besoin d'un héros national quand tout un peuple se soulève. C'est en tout cas ce que veulent croire les Ukrainiens, et notamment en s'appuyant sur certaines vidéos montrant les dégâts faits aux troupes russes. Parmi elles, une séquence dans laquelle un "tank russe" prend flammes à grands coups de cocktails Molotov. Une situation d'autant plus extraordinaire pour ceux qui la partagent que ces armes artisanales ont été baptisées ainsi après avoir été utilisées par l'armée finlandaise, contre les troupes russes, lors de la Seconde Guerre mondiale. 

Seulement, si les autorités ukrainiennes ont bel et bien appelé la population à "faire des cocktails Molotov" pour "neutraliser l'occupant", les images vues plus d'un million de fois n'ont rien à voir avec l'actuel conflit. La séquence, déjà devenue virale en janvier lorsqu'elle était présentée comme une action de manifestants kazakhs, remonte en fait au début des années 2010. 

REPORTAGE - Guerre en Ukraine : les Ukrainiens déterminés à se battreSource : JT 13h WE
JT Perso

Les drapeaux ukrainiens ainsi que la présence de policiers portant l'uniforme des troupes anti-émeutes suggèrent que ces altercations ont eu lieu lors des manifestations proeuropéennes qui ont secoué l'Ukraine en novembre 2013. Or, après quelques recherches par mots-clé, on retrouve en effet cette séquence sur YouTube, filmée sous plusieurs angles de vue différents. Les extraits montrent tous ce blindé détruit par des manifestants lors du mouvement d'Euromaïdan. Il s'agissait alors plutôt de véhicules de la police anti-émeute ukrainienne.

Le maire de Kiev a-t-il pris les armes pour défendre la ville ?

Un pilote légendaire, un peuple héroïque, et à sa tête, un homme qui sert d'exemple : le maire de Kiev, Vitali Klitschko. L'ancien boxeur, devenu figure de la résistance ukrainienne, est ainsi dépeint comme l'homme qui cherche à en découdre. Et notamment avec une image publiée le 25 février. Preuve selon des internautes que l'élu a pris les armes afin de "montrer l'exemple" et "défendre sa ville". 

Sauf que c'est une image détournée. S'il s'agit bien d'un entrainement du maire avec de l'artillerie lourde, ce moment a été capturé il y a près d'un an, le 14 mars 2021, comme en attestent des articles de presse à ce sujet. Déjà, à l'époque, le maire disait suivre un strict entraînement "pour se défendre contre les chars russes". "Je suis convaincu que nous devons être bien préparés pour défendre notre ville et ses habitants et notre État si nécessaire", avait-il déclaré dans un communiqué diffusé, entre autres, par le Hamburger Abendblatt, un quotidien régional allemand.

Lire aussi

Un blindé russe s'en est-il pris à un civil ukrainien ? 

S'ils n'ont pas été pris dans les flammes des molotov, se pourraient-ils que les véhicules blindés de l'armée russe aient "écraser" un civil ? C'est ce que semblent montrer une vidéo publiée sur les réseaux sociaux ce vendredi après-midi, dans laquelle on aperçoit un char écraser un véhicule garé sur le bas côté.

Sauf que cette action n'est pas malveillante. D'ailleurs, il ne s'agit pas d'un véhicule russe. D'autres vidéos permettent de mieux comprendre le déroulé des événements. Et notamment, une séquence plus longue, filmée depuis l'angle opposé. Sur celle-ci, on voit que l'engin - qui ne porte pas la lettre "Z" caractéristique des forces russes -  dévie brusquement de sa trajectoire afin d'éviter des tirs échangés à sa droite. Par ailleurs, après l'impact, le véhicule ne prend pas la fuite. S'il est pour le moment impossible d'être conclusif sur le déroulé précis des événements, ces éléments nous dirigent plutôt vers la piste de l'accident. À noter que le conducteur de la voiture écrasée a survécu, d'après d'autres images mises en ligne sur les réseaux sociaux.

Un navire roumain touché par les Russes ?

La fausse information peut évidemment venir des citoyens lambda, mais aussi des plus hautes sphères. À l'instar de celle diffusée par le ministère de la Défense ukrainien. Dans un tweet publié le vendredi 25 février, les autorités ont affirmé que "l'envahisseur" avait touché un "navire étranger" dans la mer Noire. Parmi eux, le "bunker Millennium Spirit", précisent-ils dans un message, accompagné d'un drapeau de la Roumanie. De quoi créer la panique chez les 346.500 abonnés de ce compte. À leurs yeux, cela signifie que les Russes s'en sont pris à un pays membre de l'Union européenne !

Sauf qu'une recherche rapide dans l'outil Vessel Finder, nous apprend que le "Millennium Spirit" est en réalité sous pavillon moldave, et non pas roumain. L'erreur semble être liée à la ressemblance entre les drapeaux des deux pays. Le même jour, un missile russe a également touché un cargo japonais en mer Noire

Lire aussi

Les Ukrainiens "brûlent des documents" avant l'arrivée des Russes ?

Face à la rapidité de propagation de la fausse information, il est donc essentiel de rester vigilants. Tout en évitant de crier à la "fake news" trop rapidement. À l'instar de ce qu'a pu faire vendredi Pierre Niney. Sur les réseaux sociaux, l'acteur a tenu à signaler à ses abonnés ce qu'il considérait comme une fausse information partagée massivement "par des bots russes". Pour illustrer son propos, quatre messages identiques sur lesquels on peut lire :  "Tiens, tiens, à côté d'un bâtiment des services de renseignement à Kiev, un groupe de soldats ukrainiens brûle des documents. Pourquoi ??"

Si l'acteur à succès signale ce message, il s'agit en réalité d'une initiative qui a bien eu lieu. Et dont les raisons sont assumées. "À Kiev, des soldats ukrainiens brûlent des documents, afin qu’ils ne tombent pas dans la main de l’ennemi russe", explique ainsi France 2. "Des objets et papiers sont brûlés autour des locaux de l'unité du ministère ukrainien de la Défense, à Kiev, en Ukraine", peut-on également lire en légende d'une photo de l'agence Reuters, sur laquelle on reconnaît très distinctement le camion rouge et l'arbre écimé visibles sur l'image partagée par les "bots russes". Si l'expression utilisée par ces internautes ainsi que la forme interrogative font planer - sans raison - le doute sur les intentions des Ukrainiens, la vidéo est bel et bien authentique.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info