"Les ingérences se multiplient" en Océanie, déplore Emmanuel Macron depuis le Vanuatu

par Theodore AZOUZE avec AFP
Publié le 27 juillet 2023 à 9h20, mis à jour le 27 juillet 2023 à 9h52

Source : Sujet TF1 Info

Au Vanuatu, petit État indépendant du Pacifique, Emmanuel Macron a dénoncé les "nouveaux impérialismes" des pays étrangers dans la région.
Le président de la République qualifie au contraire la France de "puissance d'équilibre".
Il continuera sa tournée océanienne jeudi soir en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Lors d'un discours surplombant l'océan Pacifique, Emmanuel Macron s'est montré offensif contre "les nouveaux impérialismes" en Océanie, ce jeudi, lors de son déplacement au Vanuatu. Depuis la capitale Port-Vila, le président a détaillé la "stratégie indopacifique" de la France. Elle contient deux axes principaux : la défense et la lutte contre le réchauffement climatique et "la souveraineté des peuples et l'indépendance des États", qualifiée de "boussole" par Emmanuel Macron.

D'un point de vue diplomatique, l'Océanie est enjeu de puissance crucial pour la France, dans une région où les États-Unis tentent de répondre aux ambitions de plus en plus conquérantes de la Chine. "Les ingérences se multiplient", a martelé Emmanuel Macron à Port-Vila, dénonçant "une logique de puissance qui vient menacer la souveraineté". Il a aussi regretté la mise en place "de nombreux prêts aux conditions léonines" qui "étranglent littéralement" les pays les plus fragiles. 

La France, une "puissance d'équilibre" selon Macron

Pour ce premier déplacement d'un président français dans le pays depuis 1966 et une visite du Général de Gaulle dans une zone à l'époque encore prénommée comme les Nouvelles-Hébrides, Emmanuel Macron a aussi assuré "reconnaître" le "passé colonial" de la France au Vanuatu. Le chef de l'État a notamment regretté "une histoire d'accaparement des richesses et d'exploitation des populations" à l'époque, "un passé de souffrance et d'aliénation" ainsi que de "trafic d'êtres humains". Il y a "une logique à ma présence", a ajouté le locataire de l'Élysée.

Malgré ces déclarations, le président français n'a eu cesse, dans le même temps, de vanter les mérites de la France, une "puissance d'équilibre" selon lui dans le Pacifique, présente notamment avec la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et la Polynésie. Et le président français a mis l'accent sur l'environnement au Vanuatu, "seul pays indépendant francophone" de la région, comme l'a rappelé son Premier ministre Ishmael Kalsakau. Emmanuel Macron a ainsi défendu sa propre initiative, le "Pacte de Paris pour les peuples et la planète" lancé en juin, censé refonder le système financier mondial afin qu'il permette de lutter à la fois contre le réchauffement et la pauvreté.

Après son passage à Port-Vila, le président français va s'envoler pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée, prochaine étape de son long déplacement à l'étranger. Preuve de la priorité fixée par les pays occidentaux à la région, il y croisera peut-être le ministre de la Défense américain Lloyd Austin, venu défendre pour sa part les intérêts américains dans le pays.


Theodore AZOUZE avec AFP

Tout
TF1 Info