Ukraine : une guerre partie pour durer

YouTube retire plus de 70.000 vidéos et 9000 chaînes liées à la guerre en Ukraine

Maëlane Loaëc
Publié le 23 mai 2022 à 15h36
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

Il est désormais impossible de consulter des milliers de contenus hébergés sur YouTube accusés d'aller à l'encontre de la réglementation du site.
Ces vidéos sont suspectées de banaliser, voire de nier l'invasion de l'Ukraine.
YouTube est très populaire en Russie, où elle compte environ 90 millions d'utilisateurs.

Nouveau coup de rabot sur YouTube, qui a retiré plus de 70.000 vidéos et 9000 chaînes liées au conflit en Ukraine, pour avoir enfreint les directives du site vis-à-vis du contenu mis en ligne, selon le journal The Guardian. Des vidéos qui qualifiaient l'invasion de "mission de libération" ont notamment été rendues inaccessibles. La plateforme reste toujours populaire en Russie, ayant échappé à la répression du Kremlin.

Certaines vidéos décrivent la guerre comme une "mission de libération"

Contrairement à certains de ses homologues américains, elle n'a pas été fermée jusqu'alors, bien qu'elle héberge des vidéos de l'opposition à Vladimir Poutine, comme celles d'Alexeï Navalny, actuellement emprisonné. La plateforme est aussi beaucoup consultée en Russie malgré le contrôle de YouTube, à la recherche de contenus pro-Kremlin qui banaliseraient ou nieraient l'invasion, en vertu de sa politique relative aux évènements violents majeurs, qui s'applique par exemple dans le cas de la Shoah, relève le quotidien britannique

Depuis le début de la guerre, des chaînes avaient déjà été supprimées par YouTube, dont celle du journaliste Vladimir Solovyov, soutien du régime. Les chaînes associées aux ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères avaient également été temporairement empêchées de mettre en ligne toute vidéo ces derniers mois, pour avoir décrit la guerre comme une "mission de libération"

Selon Neal Mohan, responsable produits du site, les vidéos liées à l'actualité du conflit avaient engrangé plus de 40 millions de vues rien qu'en Ukraine. "La première responsabilité, et probablement la plus importante, est de s'assurer que les personnes qui recherchent des informations sur cet événement peuvent obtenir des informations précises, de haute qualité et crédibles sur YouTube", a-t-il déclaré au Guardian. Sans dévoiler le détail des chaînes et vidéos retirées, il a indiqué qu'une grande partie d'entre elles se faisaient le porte-voix des récits du Kremlin sur l'invasion, provenant même, pour certaines, directement du gouvernement russe.

YouTube compte environ 90 millions d'utilisateurs en Russie, bien que la publicité ne soit plus autorisée sur la plateforme dans le pays. "YouTube reste le plus grand site de partage de vidéos en activité en Russie même", "où les citoyens russes peuvent obtenir des informations non censurées sur la guerre", a déclaré Neal Mohan. La semaine dernière, le ministre russe du Développement numérique, Maksut Shadaev, a déclaré que le pays ne bloquerait pas YouTube, car "avant tout, lorsque nous restreignons quelque chose, nous devons clairement comprendre que nos utilisateurs ne souffriront pas", a-t-il fait valoir.


Maëlane Loaëc

Tout
TF1 Info