Gérald Darmanin a précisé les contours du dispositif de sécurité en vue de la cérémonie d'ouverture des JO 2024.
Une semaine avant, un QR code sera nécessaire pour accéder à de nombreuses zones de la capitale.
TF1info vous résume ce que l'on sait à ce stade.

Maintenir la cérémonie d'ouverture des JO 2024 sur la Seine reste une "bonne idée" malgré le contexte de menace élevée d'attentat, a déclaré lundi 8 avril au Parisien le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, assurant que toutes les délégations défileront pour l'ouverture des Jeux. "À partir du moment où ils sont très sécurisés, les grands événements sont sans doute parmi les endroits les plus sûrs, ceux où il y aura le moins de possibilités de passer à l'acte", a estimé le ministre auprès de nos confrères. Ce mardi, lors d'un point presse, Gérald Darmanin a précisé les contours du dispositif de sécurité qui sera déployé à l'occasion de la cérémonie d'ouverture, qui aura lieu le 26 juillet prochain. Zone bleue dite "antiterroriste", plateforme pour obtenir son QR code… TF1info fait le point.

Lancement de la plateforme le 10 mai prochain

La plateforme en ligne permettant de s’inscrire pour accéder aux périmètres de sécurité autour des sites de compétition et de disposer d’un QR code sera opérationnelle le 10 mai, a déclaré le ministre de l'Intérieur, et les personnes inscrites devront y indiquer "leurs coordonnées", ce qui "sera très simple à faire". "Il ne s’agit pas de scanner de pièces d’identité", a-t-il précisé.

Sans inscription sur ce site, "vous ne pourrez pas rentrer" dans cette zone sécurisée, avait-il déclaré lundi au Parisien, expliquant, sans détailler, que "des criblages de sécurité seront réalisés" pour les personnes inscrites.

D'après Gérald Darmanin, le préfet de police Laurent Nuñez, avec la maire de Paris Anne Hidalgo et le comité d’organisation des JO, préciseront dès "la semaine prochaine" toutes les "exceptions qui seront mises en place" concernant les "ayants droits" (invités). 

Dispositif "antiterroriste" avant la cérémonie

Le 19 juillet prochain, "sept jours avant la cérémonie", une zone de protection antiterroriste dite "bleue" sera mise en place "le long de la Seine, entre le pont de Bercy et le Trocadéro", a expliqué Gérald Darmanin. En plus des "20.000 habitants" qui vivent dans ce périmètre, "200.000 personnes" qui travaillent dans le secteur, se rendent dans les commerces, les musées, les restaurants ou à la gare d’Austerlitz pour rejoindre leur domicile, seront concernées, a-t-il poursuivi. 

Pour pénétrer dans la zone, il faudra être muni du fameux QR code et présenter une carte d’identité. "Vous ne donnez pas votre pièce d’identité quand vous vous inscrivez sur la plateforme, mais vous devez présenter votre pièce d’identité lorsque vous vous présenterez sur le site", a expliqué le ministre de l’Intérieur. De ce fait, en cas de doute, les "policiers et les gendarmes pourront consulter leurs propres fichiers" pour s'assurer que la personne est autorisée à rentrer dans ce périmètre. 

"Personne ne comprendrait que le ministre de l’Intérieur laisse entrer sur ce périmètre quelqu’un qui serait fiché S, qui louerait un appartement Airbnb sur l’île de la Cité et qui pourrait intervenir pendant cette cérémonie d’ouverture", a déclaré Gérald Darmanin devant la presse. "Évidemment, toutes les décisions prises par l’autorité administrative, policier ou gendarme, sont susceptibles de recours et, s’il le faut, le magistrat sera là pour trancher le litige", a assuré le ministre. 

Quatre ponts resteront ouverts à la circulation

Pendant cette semaine de préparation de la cérémonie d’ouverture, les Parisiens auront "cinq possibilités de traverser Paris" du nord au sud sans avoir besoin de QR code. Un pont piéton, à savoir la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, et quatre ponts à la fois piéton et automobile, resteront ouverts, a détaillé Gérald Darmanin. "Là, il ne faudra pas s’enregistrer", et ce "jusqu’à 13h le jour de la cérémonie", a indiqué le ministre de l’Intérieur. "Il y aura des cordons de policiers et de gendarmes", a-t-il encore développé.

Un dispositif plus restrictif le jour J

Le 26 juillet, un "dispositif encore plus restrictif sera mis en place à partir de 13h avec un quasi-arrêt de la circulation", avait indiqué le ministre de l’Intérieur au Parisien. Dans cette zone, une quinzaine de stations de métro seront fermées. Les rames circuleront, mais ne s’y arrêteront pas. La gare d’Austerlitz, le musée du Louvre, le musée d'Orsay et l’Institut du monde arabe "resteront accessibles" via  "d’autres entrées situées à l’extérieur du périmètre antiterroriste, mais il faudra avoir réservé ses billets en amont et montrer sa pièce d’identité", selon le ministre.


M.D.

Tout
TF1 Info