IMMERSION - Jeux olympiques 2024 : vivez l'accueil à Paris dans la peau d'un touriste étranger

par M.T | Reportage : Matthieu Poissonnet, Florian Le Goïc
Publié le 13 avril 2024 à 11h21

Source : JT 20h WE

Quelle image auront les visiteurs olympiques lorsqu’ils arriveront à Paris ?
De Roissy à Montmartre, nos reporters ont fait le tour des lieux les plus prisés de la capitale, testant la mauvaise réputation des Français.

Dans leur esprit, Paris, c'est la tour Eiffel, le Sacré-Cœur et les bateaux-mouches. Mais peut-être les touristes se souviendront-ils des démarcheurs frauduleux, des métros saturés ou encore des Parisiens, dont la mauvaise réputation a fait le tour du monde ? Une équipe de TF1 a tenté l'expérience, se faisant passer pour un couple de vacanciers pendant 24 heures dans la capitale. 

Le séjour débute au niveau des arrivées de l'aéroport de Roissy, où notre équipe filme en caméra cachée, comme on peut le retrouver dans la vidéo ci-dessus. Tous les cinq mètres, nous sommes abordés par de prétendus chauffeurs de taxi, en réalité des conducteurs clandestins, qui ne respectent pas les tarifs réglementés dans la capitale. Ces derniers sont fixés à 56 euros (pour la rive droite) et 65 euros (pour la rive gauche). Mais "c'est 70-80 euros" avec un chauffeur clandestin rencontré sur place. Une concurrence déloyale, continuellement dénoncée par les vrais taxis qui opèrent à Roissy. 

Des voleurs à la portière entre Roissy et Paris

Le trajet Roissy-Paris a, lui aussi, une mauvaise réputation justifiée. Ces derniers mois, les vols à la portière se sont multipliés, un mode opératoire bien rodé que nous avions documenté en février dernier. Une vidéo avait été visionnée près de 3 millions de fois sur X, montrant un homme à bord d’un scooter qui tentait de braquer un taxi conduisant des touristes chinois sur le périphérique, dans le nord de Paris. 

Une scène malvenue, à quelques mois de l'ouverture des JO de Paris. "Vous voyez les portiques, ils en ont mis partout. C'est de la surveillance vidéo. Dès qu'il y a un scooter qui va rentrer là, ils vont le repérer direct", tente de rassurer le chauffeur de taxi Diamantino Matias Marques, au micro de TF1. 

Les lieux touristiques infestés de pièges

Une fois à la butte Montmartre, nous sommes une nouvelle fois la cible des arnaqueurs. Deux femmes s'approchent, nous proposant de signer une pétition pour aider les malentendants. Elles ne représentent aucune association, et cherchent en réalité à nous soutirer de l'argent. 

Plus loin, des artistes de rue pas toujours déclarés nous abordent à leur tour. Leur technique ? "Je fais votre portrait parce que vous êtes vraiment, vraiment très belle", lance l'un d'entre eux à Ariana, une touriste américaine qui aide dans notre mission. Quelques mètres plus loin, les dessinateurs de la place du Tertre. "Ici, ce sont les portraitistes autorisés. Il y en a d'autres qui trafiquent à la sauvette. Avant de dire oui, il faut faire le tour", prévient Eden, peintre. Le risque ici, outre la piètre qualité des "œuvres", c'est de payer exagérément cher.

Autre incontournable parisien : le métro. S'il est difficile de s'y repérer au milieu des seize lignes qui quadrillent la ville, la RATP promet une borne afin de répondre à toutes les questions, à toute heure. "Nous regrettons de ne pouvoir vous répondre dans l'immédiat", rétorque une voix enregistrée émanant de l'outil lorsque nous le sollicitons. 

Dans une centaine de jours, plus de 15 millions de visiteurs sont attendus pour les JO. Seront-ils confrontés à la mauvaise humeur légendaire des Parisiens ? D'après un test en caméra cachée, les serveurs semblent plus patients avec les touristes étrangers que ne le veut leur réputation. Et les visiteurs interrogés près de la tour Eiffel paraissent finalement ravis de l'accueil... qu'ils redoutaient tous.


M.T | Reportage : Matthieu Poissonnet, Florian Le Goïc

Tout
TF1 Info