De nombreux Franciliens tentent de louer leur logement pendant les Jeux olympiques, parfois au prix fort.
Mais les tarifs des nuits sont en baisse à l'approche de l'événement.
Laisser son logement durant la compétition est-il encore une si bonne affaire ?

Si vous habitez à proximité d'un site olympique, la question vous est peut-être venue à l'idée : faut-il louer son appartement pendant les JO ? L'idée, sur le papier, peut être alléchante. Entre le 26 juillet, jour de la cérémonie d'ouverture, et le 11 août, celle de clôture, des millions de touristes sont attendus à Paris et dans sa proche banlieue. Autant de personnes qu'il va falloir loger durant les deux semaines de compétition.

Pour en profiter, de nombreux Franciliens ont proposé leur logement en location sur Airbnb. Souvent au prix fort. Mais à moins de 100 jours du coup d'envoi de l'événement, les tarifs ne s'envolent plus tant que cela. D'après une étude du comparateur d'assurance Réassurez-moi, les prix des nuitées à proximité des sites olympiques ont fortement chuté ces derniers mois.

De plus de 1000 euros... à 436

"À un an des JO, le prix moyen de la nuitée à Paris et ses proches communes était de 1023 euros", affirme le comparateur d'assurances, qui a analysé les prix des logements (maisons et appartements à proximité des sites) en location pour une famille de quatre personnes (deux adultes et deux enfants) durant la période des Jeux. Neuf mois plus tard, le tarif de la nuitée est en chute libre, autour de 436 euros, soit une baisse de 57%.

En cause ? Une offre trop importante, et une demande attentiste, pas forcément prête à faire des folies pour se loger. Reste que même si la somme est en baisse, le bénéfice pour deux semaines de location peut rapidement devenir intéressant. À condition de parvenir à trouver preneur, ce qui n'est pas franchement gagné. Car si les prix pour les appartements et maisons sont trop élevés sur Airbnb, les touristes peuvent aussi se tourner vers les hôtels. Le secteur conserve toujours de nombreuses disponibilités.

"Pour la cérémonie d'ouverture, presque 40% de l'hôtel n'est pas encore vendu", déplore une propriétaire d'un hôtel situé au cœur de la capitale, au micro de TF1 (voir vidéo en tête de cet article). Un taux de réservation dans la moyenne. D'après des chiffres du cabinet de conseil MKG auprès du Monde, début avril, seules 64% des chambres d'un panel de 280 hôtels étaient réservées pendant la compétition.

Comme les particuliers, les hôtels se sont, eux aussi, résolus à diminuer leurs tarifs. Selon l'office de tourisme de Paris, toujours auprès du Monde, le tarif moyen d'une chambre dans la capitale durant les JO a baissé de 40% par rapport à octobre 2023 (mais reste supérieur à un été classique). De quoi dissuader ceux qui comptaient sur les Jeux pour faire rimer festivités avec prospérité.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info