JO Paris 2024 : les conditions de circulation se précisent

par A. LG avec AFP
Publié le 1 mars 2024 à 18h43, mis à jour le 1 mars 2024 à 19h09

Source : JT 20h WE

Les Jeux olympiques et paralympiques se dérouleront principalement en cœur de ville, au sein de stades temporaires.
Pour assurer les conditions de sécurité de chacun, des périmètres seront mis en place autour des lieux de compétition.
La préfecture de police de Paris a précisé ce vendredi les conditions de circulation à l'intérieur de ces zones.

Les conditions de circulation autour des sites olympiques de Paris 2024 se précisent. La préfecture de police de Paris a rendu publiques ce vendredi, les dernières évolutions concernant les périmètres de sécurité après une première communication en novembre dernier et une période de concertation. "Pour Paris, il y a peu de modification par rapport au schéma initial", a indiqué la maire de Paris, Anne Hidalgo, présente lors de cette conférence de presse, aux côtés du président du comité d'organisation des JO de Paris 2024, Tony Estanguet. "Concernant la cartographie (de ces périmètres de sécurité), il y a peu de modification", a précisé le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, soulignant qu'"une grande partie de la concertation a porté sur les conditions d'accès dans les périmètres rouges" où la circulation des véhicules motorisés est interdite. "Dès le départ on avait annoncé que le périmètre rouge ferait l'objet de dérogations", a-t-il rappelé, insistant sur le fait que piétons, vélos ou encore trottinettes "circuleront librement" et démentant l'utilisation obligatoire d'un QR code pour sortir lors des Jeux olympiques.

Pour rappel, les périmètres autour des sites olympiques sont régis selon un code couleur, allant du noir pour l'anti-terrorisme avec interdiction totale d'accès sauf accréditation pour les athlètes, les organisateurs et bien sûr les spectateurs munis de billet, au rouge avec interdiction totale de la circulation automobile sauf dérogation, en passant par le bleu avec transit automobile interdit. 

Une gestion "plus stricte" des dérogations pour certaines courses

S'agissant des périmètres rouges actifs 2h30 avant le début d'une épreuve et levés une heure après la fin des épreuves, il sera nécessaire de s'inscrire sur une plateforme et de présenter un QR code aux forces de l'ordre qui bloqueront l'accès aux véhicules à ces zones, a-t-il été rappelé. Mais certains périmètres feront exception à ce principe. "Pour les courses qui partent du centre de Paris pour les JO qui ont souvent lieu le week-end, leur durée est moins longue qu'une activation de site, de mettre en place toute une ingénierie de plateforme, et donc il nous semblait compliqué d'admettre trop de dérogations" à partir de la plateforme, a détaillé le préfet de Paris, indiquant que "la règle de gestion sera un peu plus stricte". Pour autant, "dans des situations exceptionnelles, il sera possible d'y pénétrer mais cela sera apprécié au barrage de police", sur place le jour J, et donc sans attestation numérique.

Laurent Nuñez a toutefois évoqué "une exception" à cette gestion stricte des dérogations, à savoir les épreuves de para cyclisme "parce que la course se tient en semaine et toutes les épreuves ont lieu au même endroit", qui plus est "en période de rentrée scolaire". Pour ce cas précis, "on permettra beaucoup plus d'entrées dans le périmètre qui seront contrôlées", a-t-il indiqué.

La liste des ayants-droits aux dérogations allongée

De fait, c'est concernant la liste des ayant-droits aux dérogations que le plus de modifications ont été apportées depuis novembre. "Les principales évolutions ou les catégories de personnes qui pourront rentrer dans ces périmètres sont les riverains dès lors qu'il disposent d'un véhicule ou d'une place de parking ou d'un abonnement résident", a ainsi indiqué le préfet de Paris mentionnant également "toute personne en situation de handicap". Seront également concernés par ces dérogations tous les professionnels de santé, de même que les moniteurs d'auto-école ayant leur siège en zone rouge et les professionnels susceptibles d'intervenir sur des interventions d'urgence à domicile, tels que des plombiers ou des ascensoristes. De manière générale, "les professionnels pourront continuer à travailler en véhicule en zone rouge chaque fois que c'est indispensable". Il a également été précisé que les marchés seront autorisés en zone rouge "au cas par cas dès lors qu'il n'y pas d'entrave à la circulation", ainsi que les déménagements ou encore les maraudes véhiculées. 

S'agissant des transports en commun en revanche, les bus ne sont pour l'heure pas autorisés dans ces périmètres mais Laurent Nuñez a précisé qu'il a été "accepté d'examiner le maintien de certaines lignes".

"On en appelle collectivement à la responsabilité des uns et des autres", a conclu le préfet de police de Paris, soulignant que "si ces dérogations sont perçues comme des inversions de principe ça ne pourra pas coller" et mettant en garde sur le fait que "ce qu'on peut faire on peut le défaire très vite". Et d'insister : "il faudra qu'on soit collectivement disciplinés sur le respect des conditions fixées et l'inscription sur la plateforme".


A. LG avec AFP

Tout
TF1 Info