Pour la cérémonie d'ouverture des JO de Paris, il faudra montrer patte blanche pour s'approcher de la Seine.
Sur l'eau, à peu près tout ce qui peut flotter dans la capitale a été réquisitionné pour transporter les délégations.
Le 20H Weekend de TF1 a visité quelques-uns des 108 bâtiments sélectionnés.

C'est la dernière ligne droite avant le lever de rideau, grandiose et contraignant à la fois. À Paris, les croisières touristiques se poursuivent jusqu'à l'interdiction de navigation prévue une semaine avant le 26 juillet pour pavoiser le fleuve. Une grosse perte de chiffre d'affaires en vue pour les professionnels du secteur, mais le jeu en vaut la chandelle. La cérémonie d'ouverture de Paris 2024 se déroulera sur l'eau, pour la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques.

Des bateaux taillés sur mesure

Encore faut-il une flotte irréprochable ? Parmi les 108 navires sélectionnés par le Comité d'organisation, il y a l'Hirondelle de la compagnie des bateaux-mouches, ou plutôt ce qu'il en reste. Le bâtiment de 60 mètres s'est allégé de 45 tonnes de métal et de verre pour accueillir une nouvelle propulsion électrique. Tout a été modernisé pour les athlètes.

Un peu plus loin, un deuxième bateau, celui d'une autre société, les Vedettes de Paris, attend un lifting. La direction redoute, elle aussi, de gagner un peu moins d'argent cet été, malgré les compensations financières de Paris 2024, jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros. Mais à aucun moment, la société n'a pas hésité à engager les cinq exemplaires qu'elle possède. Avec une capacité de 250 passagers, le Paris Trocadéro, 100% électrique, est déjà prêt pour le show du siècle, même si le débit et le niveau de la Seine donnent des sueurs froides aux organisateurs depuis quelques semaines. Qui sont les autres opérateurs triés sur le volet ? 

La suite du reportage de TF1 dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Olivier Santicchi, Christophe Nieulac, Gilles Parrot

Tout
TF1 Info