Tout est fait pour que la cérémonie d'ouverture des JO de Paris 2024 se déroule sur la Seine.
Mais ce cadre inédit représente un défi sécuritaire important.
Le président du Comité olympique britannique, Andy Anson, s'est notamment dit "préoccupé".

La cérémonie d'ouverture impressionne, voire inquiète. Interrogé sur le cadre inédit de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris, le 26 juillet prochain, le président du Comité olympique britannique, Andy Anson, s'est dit "préoccupé" par les questions de sécurité. "C'est l'une des choses les plus importantes que nous devons gérer du point de vue des risques", a-t-il estimé lors d'une interview diffusée ce mercredi 17 avril par Sky News.

"Un environnement à haut risque"

"Nous serions naïfs si nous n'y pensions pas. Notre priorité absolue est d'assurer la sécurité de tous nos athlètes, l'entourage large et nos supporters", a-t-il ajouté. Pour le patron de la British Olympic Association, la cérémonie d'ouverture "est un environnement à haut risque et elle doit être gérée en conséquence, mais les Français en sont très, très conscients".

Les organisateurs des JO de Paris 2024 souhaitent que la cérémonie d'ouverture se déroule sur la Seine. Un cadre inédit, en plein cœur de la capitale, qui suscite d'importantes interrogations, notamment sur le plan sécuritaire. Interrogé à ce propos sur BFMTV, le président de la République Emmanuel Macron a pour la première fois esquissé les contours de "plans B et C", évoquant un repli possible au Trocadéro ou au Stade de France en cas de risques trop élevés.

Le nombre de places gratuites pour assister à la cérémonie le long du fleuve a déjà été revu à la baisse pour des raisons de sécurité, passant de 500.000 à 220.000 personnes. Par ailleurs, depuis trois semaines, le dispositif Vigipirate a été rehaussé à son niveau le plus élevé, en urgence attentat. Le plan initial est néanmoins toujours à l'ordre du jour. 


A. Lo.

Tout
TF1 Info