La France récupère officiellement la flamme olympique ce vendredi.
Cette dernière embarquera samedi sur le Belem en direction de Marseille.
Elle sera escortée par une quinzaine de jeunes très chanceux, sélectionnés dans nos régions.

Le plus dur, c’est toujours de faire le premier pas. Leur joie est telle qu’ils donnent l’impression de marcher sur l’eau. Ces 16 jeunes, vêtus de rouge, ont été choisis au mérite pour voyager sur le Belem entre Athènes (Grèce) et Marseille dans un but précis : être les éclaireurs qui vont transporter la flamme olympique. 

Pour Yassine Nassah et Houari Belkhouane, tous les deux Marseillais, ce périple en Méditerranée n’a rien d’une promenade de santé. "12 jours de traversée, quand on est loin de chez soi et en mer, on vit les émotions deux fois plus que si on était sur la terre ferme", nous confie Yassine.

La flamme ne dormira jamais. Elle brûlera dans le salon du Belem, non pas dans sa torche, mais dans une lanterne close. "Il faut imaginer une petite lampe de mineur. Pour des raisons de sécurité, on ne peut pas avoir de feu ouvert sur le bord donc il faut qu'elle soit fermée", explique Aymeric Gibet, capitaine du Belem.

Le voyage est forcément sportif, mais aussi culturel, au pays de l’olympisme. En visitant Athènes, les éclaireurs français réalisent peu à peu que la tradition les relie désormais à de jeunes Grecs qui participaient, eux, aux jeux antiques. "On marche sur leur pas mais avec 2000 ans d'écart ! C'est impressionnant, on n'arrive pas à croire que c'est réel", nous dit Éléonore Budak.

Ce vendredi soir, quand la Grèce remettra la torche olympique à la France, tout cela deviendra très concret. Au Musée olympique d’Athènes, une place est déjà réservée pour y accrocher la torche parisienne. Mais avant de rejoindre toutes celles qui l’ont précédé, elle partira samedi pour la France avec cette escorte impatiente de la voir brûler.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Sylvain Millanvoye, Bertrand Lachat, Jean-Philippe Héquette

Tout
TF1 Info