Baptiste Moirot, connu pour la vidéo devenue virale "T'es pas net Baptiste", avait été annoncé comme l'un des porteurs de la flamme olympique.
L'annonce avait été vue des millions de fois.
Mais depuis, le jeune homme de 29 ans a été accusé de harcèlement sexuel et de violences sexuelles.

Un retour de flamme. Visé par des accusations de harcèlement sexuel et de violences sexuelles, Baptiste Moirot, connu suite à la vidéo devenue virale "T'es pas net Baptiste", et initialement choisi par le Comité d'organisation des JO (COJO) pour être l'un des porteurs de la flamme olympique, a fait savoir qu'il ne participerait pas au relai de la flamme.

"À la suite des accusations portées à mon encontre et après discussion avec le comité d'organisation, j'ai pris la décision de me retirer du relais de la flamme, par respect et pour protéger ma famille et moi-même. Je suis reconnaissant envers tous ceux qui m'ont soutenu et je présente mes sincères excuses à ceux que j'ai pu décevoir", a-t-il écrit sur Instagram. Dans une story, il s'est par ailleurs défendu des accusations portées contre lui. "Les agressions, c'est du fake complet, ceux qui me suivent depuis pas mal de temps savent les valeurs que je défends", a-t-il ajouté.

Fin du buzz

Le jeune homme de 29 ans s'était fait connaître en 2017 dans une vidéo vue des millions de fois dans laquelle il tentait de faire du feu dans sa chambre. "Mais t'es pas net, non", lui avait alors lancé sa mère, une phrase devenue virale. Depuis, des pétitions avaient été mises en ligne pour que le jeune homme devienne porteur de flamme lors des JO de Paris 2024, une demande à laquelle le COJO avait accédée, s'offrant un beau coup de communication lors de l'annonce.

Mais à la suite de cette officialisation, plusieurs femmes ont affirmé sur les réseaux sociaux avoir reçu des messages à caractères sexuels de la part du jeune homme, alors qu'elles étaient mineures au moment des faits. Outre ces messages, une jeune femme a dénoncé anonymement sur Instagram des "caresses sur les hanches non consenties", ce qui peut être considéré pénalement, comme une agression sexuelle.

Le COJO a confirmé la décision de retrait du jeune homme. "Compte tenu des accusations récentes portées contre Baptiste, celui-ci a pris la décision en lien avec le Comité d’Organisation de ne pas porter la flamme. Décision responsable au regard de la situation", a fait savoir le comité d'organisation, au Parisien.

La vidéo d'annonce de Paris 2024, qui avait également fait le buzz et dans laquelle on voyait Baptiste Moirot, la flamme à la main, a depuis été supprimée.


A. Lo.

Tout
TF1 Info