VIDÉO - Kiosquiers, chauffeurs de taxis... Avant les JO, ils se forment aux cultures étrangères

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : N. Pellerin, M. Gatineau
Publié le 17 avril 2024 à 16h41

Source : JT 13h Semaine

Les Jeux olympiques de Paris 2024 débutent dans 100 jours.
En attendant, la Ville distille de précieux conseils pour accueillir au mieux les quinze millions de visiteurs attendus.

Issa vend des journaux depuis trois ans, et aujourd'hui, il apprend un nouveau métier grâce aux Jeux olympiques 2024 : guide polyglotte. Son kiosque est au pied du site qui accueillera la gymnastique, le basket-ball et des dizaines de spectateurs du monde entier. Les affichages de son petit commerce l'indiquent : pour trouver leur direction, il pourra les aider, en français comme en anglais.

"Vous imaginez ? Les JO à Paris et vous travaillez à Paris ? C'est magnifique, c'est une fois dans la vie", savoure le kiosquier.

Comme Issa, 50 kiosquiers sont en cours de formation, car orienter ne s'improvise pas. "L'idée, c'est d'éviter de donner des acronymes aux touristes (...) L'objectif, c'est de donner des mots qui se comprennent dans toutes les langues", explique Régis Cocault, directeur des liens territoriaux à l'office de tourisme de la capitale.

"On était bien contents de trouver des personnes qui nous orientent, sinon c'est la galère totale", apprécie un touriste face à la caméra du JT de TF1, dans le reportage visible en tête de cet article. Une autre souligne : "Tout le monde le sait, c'est difficile de visiter la France sans parler français."

L'État a déboursé 500.000 euros pour financer 80 vidéos

Français ou étrangers, quinze millions de visiteurs sont attendus pendant les Jeux. Dans un hôtel, on affiche quasi complet pour la période. Alors, du réceptionniste à la gouvernante jusqu'aux cuisiniers, ce jour-là, tout le monde a cours dans la salle de restaurant, transformée en salle de classe. Au programme, quelques mots d'arabe, de japonais, ou encore de chinois. 

Chaque détail compte, car les Jeux sont l'occasion de changer l'image qui colle parfois à la France. "C'est un événement planétaire. Le monde entier nous regarde. Or, on entend régulièrement que les Français ne sont pas très gentils, pas très accueillants. Alors que ce n'est pas vrai, et on a à cœur de le montrer", souligne Michael Pouyer, directeur général du Padam Hôtel, à Paris.

S'il y a bien une profession qui n'a pas bonne réputation, ce sont les chauffeurs de taxi. Et ils n'échappent pas à un petit rappel. "Il y a des choses qu'on ne sait pas forcément (...) des choses pour détendre l'atmosphère mais qui peuvent être maladroites", concède Iberty, l'un des chauffeurs formés.

Ces formations express sont une nécessité, car pour les Jeux olympiques, 60.000 personnes sont recrutées, pas toutes habituées à d'autres cultures. Alors, l'État a déboursé 500.000 euros pour financer 80 vidéos présentant 17 nationalités. D'abord destinées aux professionnels du tourisme, elles sont accessibles à tous.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : N. Pellerin, M. Gatineau

Tout
TF1 Info