48 hommes soupçonnés de pédopornographie : un maire de Côte-d'Or refuse de démissionner

Publié le 28 novembre 2022 à 14h26
JT Perso

Source : TF1 Info

Mi-novembre, 48 hommes âgés de 26 à 79 ans et soupçonnés de pédopornographie, ont été interpellés.
Parmi eux, Dominique Lott, maire d'Échenon en Côte-d'Or, qui refuse depuis de démissionner.
Il sera jugé le 26 avril 2023 pour ces faits.

Il veut rester à la tête de sa commune. Dominique Lott, maire d’Échenon (Côte-d’Or) ne démissionnera pas malgré les faits dont il est soupçonné, a annoncé vendredi 25 novembre au soir l'un de ses adjoints à l'occasion du conseil municipal auquel l'élu ne s'est pas présenté. 

Mis en cause dans un dossier de pédopornographie dans lequel 47 autres personnes ont été interpellées, l'élu veut pour le moment rester à la tête de sa commune de quelque 800 habitants. 

Dominique Lott sera jugé le 26 avril 2023 pour "diffusion de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique en utilisant un réseau de communication électronique, détention et acquisition de l’image d’un mineur représentant un caractère pornographique". Et il souhaite attendre son jugement pour décider de ce qu'il fera ou pas de son actuel fonction. 

Il a reconnu les faits en garde à vue

Placé en garde à vue dans le cadre de ce vaste coup de filet coordonnée par l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) qui a conduit à l'interpellation de 48 hommes soupçonnés d'avoir consulté du contenu pédopornographique, Dominique Lott a "reconnu une partie des faits", à savoir la diffusion, la détention et l'acquisition de l'image d'un mineur à caractère pornographique, avait indiqué mi-novembre le procureur de la République de Dijon, Olivier Caracotch. 

L'exploitation du matériel informatique qu'il utilisait a fait apparaître "des fichiers images et vidéos mettant en scène des mineurs de 5 à 15 ans, dans des poses suggestives, ou ayant des rapports sexuels entre eux ou avec des adultes", selon le procureur.

Son placement sous contrôle judiciaire jusqu'à la date d'audience avait été demandé par le parquet en attendant son procès. L'homme encourt des peines maximales de sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amendes. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info