Accusations de viols contre Tariq Ramadan : le parquet de Paris demande le renvoi aux assises

La rédaction de TF1info
Publié le 12 juillet 2022 à 14h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le parquet de Paris a requis ce mardi un procès aux assises pour l'islamologue suisse.
Tariq Ramadan est soupçonné de viols commis entre 2009 et 2016 sur quatre femmes.
Il conteste ces faits et parle de "relations consenties".

Le parquet de Paris a requis mardi un procès aux assises pour l'islamologue suisse Tariq Ramadan, soupçonné de viols commis entre 2009 et 2016 sur quatre femmes, a indiqué le parquet de Paris au service police-justice de TF1/LCI.

Tariq Ramadan, 59 ans, a d'abord nié avoir eu des relations sexuelles extraconjugales, avant de reconnaître des "relations de domination", rudes mais "consenties".

Il revient désormais au juge d'Instruction de décider des suites dans ce dossier. Mi-avril, après quatre ans d'investigations, deux juges d'instruction parisiennes avaient annoncé la fin de leur enquête sur Tariq Ramadan, mis en examen pour des viols sur cinq femmes, ouvrant la voie à un tel procès.

Lire aussi

Soupçons de coups et de pénétrations non consenties

Ce dossier, dans lequel l'islamologue suisse a été incarcéré dix mois en 2018, a fait l'objet d'une bataille procédurale entre avocats de l'islamologue, qui ont changé à plusieurs reprises, et parties civiles, à coups de plaintes croisées, d'auditions et confrontations multiples, mais aussi de nombreuses investigations.

Depuis l'ouverture de cette enquête en 2017 à Paris, deux versions s'opposent. D'un côté, le ministère public et les plaignantes défendent la thèse de séductions virtuelles qui auraient débouché sur des rencontres dans des hôtels avec des relations sexuelles assorties de coups et de pénétrations non consenties. De son côté, Tariq Ramadan dénonce depuis la première plainte une "campagne de calomnies". Il a accusé les magistrates instructrices d'être "sous emprise politique". 

L'affaire Ramadan avait été déclenchée fin octobre 2017 par les plaintes d'Henda Ayari, une ex-salafiste devenue militante laïque, et "Christelle", qui dénonçaient respectivement un viol en 2012 à Paris et en 2009 à Lyon. Il avait été mis en examen pour "viol" et "viol sur personne vulnérable" en février 2018 et incarcéré dix mois. En février 2020, cette mise en cause avait été élargie à deux autres femmes pour des faits qui remonteraient à 2015 et 2016 à Paris. En octobre 2020, enfin, l'islamologue avait été mis en examen après les accusations de Mounia Rabbouj, ex-escort girl, qui l'avait accusé de neuf viols sur la période 2013-2014. 


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tags
Articles

Tout
TF1 Info