Une information judiciaire a été ouverte après la mort d'un adolescent de 15 ans à Romans-sur-Isère (Drôme).
Après avoir été présentés à un juge, quatre suspects ont été mis en examen ce vendredi.
L'homme suspecté d'avoir porté le coup de couteau mortel s'était rendu de lui-même à la police jeudi.

L'enquête sur le meurtre d'un jeune homme de 15 ans à Romans-sur-Isère (Drôme), mardi 9 avril, avance. Les trois principaux suspects dans cette affaire ont été mis en examen ce vendredi 12 avril. Ces trois personnes sont un père de famille de 59 ans, son fils de 16 ans et son fils de 26 ans. Ce dernier, soupçonné du coup de couteau mortel, a été mis en examen pour "meurtre aggravé pour faciliter la fuite de l'auteur d'un délit de violences" et "complicité de violences volontaires avec préméditation en réunion sur mineur de quinze ans", a indiqué Mᵉ Ivan Flaud, l'avocat du père et du mineur.

Le père de famille de 59 ans et son fils de 16 ans ont été mis en examen pour "complicité de violences volontaires avec préméditation en réunion sur mineur de quinze ans". Enfin, le gendre, âgé de 27 ans, premier interpellé dans cette affaire, est mis en examen pour "recel de criminel en fuite" et "violences volontaires avec préméditation en réunion sur mineur de quinze ans".

Un peu plus tôt dans la journée, le procureur de la République de Valence, Laurent de Caigny, avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire. Dans un communiqué, il indiquait que quatre suspects placés en garde à vue ces derniers jours allaient être déférés. Le parquet avait requis la mise en examen pour l'ensemble des suspects (trois majeurs et un mineur).

Détention provisoire et placement en centre éducatif fermé requis

L'homme de 26 ans, commerçant dans le centre de Romans-sur-Isère, s'était rendu de lui-même à la police jeudi. "Placé en garde-à-vue, il reconnaissait a minima son rôle criminel, tout en affirmant avoir ramassé un couteau sur le sol et avoir frappé au hasard sans viser, ce qui est peu compatible avec les constatations médico-légales et les témoignages", avait précisé Laurent de Caigny dans son communiqué.

Le parquet réclamait aussi le placement en détention provisoire de trois suspects, ainsi que celui du mineur en Centre éducatif fermé sous contrôle judiciaire. Par ailleurs, selon la même source, l’autopsie de la victime a établi que son corps ne présentait aucune trace de défense ou de lutte, mais une seule et unique blessure compatible avec une entrée d’arme blanche. 

Tous membres d'une même famille, les suspects sont originaires d'un autre quartier que celui de la Monnaie, une zone sensible de la ville drômoise. Celui-ci s'est retrouvé sous les feux de l'actualité à la suite du décès de Thomas, un lycéen de 16 ans mortellement blessé en novembre à la fin d'un bal de village à Crépol (Drôme). L'enquête n'a pas permis d'identifier l'auteur du coup de couteau qui a tué le lycéen. Certains des mis en examen pour "homicide volontaire en bande organisée" sont originaires de cette cité.


T.A.

Tout
TF1 Info