Une adolescente de 14 ans retrouvée morte en Saône-et-Loire

Adolescente retrouvée morte en Saône-et-Loire : le collège de la victime ouvre une cellule d'écoute et de soutien

M.G
Publié le 9 juin 2022 à 17h07
JT Perso

Source : TF1 Info

Le corps sans vie d'une collégienne de 14 ans a été découvert jeudi dans le village de Clessé, en Saône-et-Loire.
Le petit ami de la victime, plus vieux d'une année, a été placé en garde à vue.
Une cellule psychologique a également été ouverte dans l'établissement de la jeune fille.

Un village sous le choc. Une cellule psychologique a été ouverte dans le collège Victor Hugo de Lugny, établissement où étudiait la jeune fille de 14 ans retrouvée morte ce jeudi 9 juin. "Une cellule d’écoute et de soutien a été immédiatement mise à disposition des élèves et des équipes éducatives dans le collège Victor-Hugo et le restera aussi longtemps que nécessaire", a indiqué le rectorat de Dijon, dans un communiqué.

Aucun signalement pour harcèlement

Dans la matinée, "le recteur de l’académie, et la secrétaire générale des services de l’Éducation nationale de Saône-et-Loire, Mayalen Laxague, se sont rendus au collège Victor-Hugo de Lugny pour apporter tout leur soutien à l’ensemble des élèves du collège et à la communauté éducative", ajoute le texte. Les services départementaux de l'Éducation nationale ont également tenu à "exprimer [leurs] sincères condoléances à la famille et aux proches de la victime". "Ce qui est arrivé est totalement incompréhensible", a martelé le recteur, Pierre N'Gahane. "Aucun signalement de harcèlement" n'avait été enregistré dans le collège de l'adolescente, a-t-il précisé. 

Pour rappel, les forces de l'ordre ont retrouvé jeudi, vers 6h40, le corps inanimé d'une fillette. Cette sinistre découverte a été faite à proximité de l'ancienne école primaire, à Clessé (Saône-et-Loire) de la victime. La dépouille présentait de nombreuses traces de violences, ainsi qu'un couteau planté au niveau du cou au moment de sa découverte. Le petit ami de l'adolescente a été placé en garde à vue. L'hypothèse d'une rupture amoureuse douloureuse est, pour le moment, privilégiée. 

Lire aussi

L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Dijon. Le procureur de la République à Mâcon, Éric Jallet, tiendra, lui, une conférence de presse à 18h00 ce jeudi.


M.G

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info