Une adolescente de 14 ans retrouvée morte en Saône-et-Loire

Adolescente tuée en Saône-et-Loire : la garde à vue du suspect prolongée

Aurélie Sarrot
Publié le 10 juin 2022 à 12h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le procureur de la République de Mâcon, Éric Jallet, a indiqué ce vendredi matin que la garde à vue de l'auteur présumé de l'assassinat d'une jeune fille à Clessé avait été prolongée.
Le suspect est âgé de 14 ans, comme la victime, qui était sa petite amie.
Face aux enquêteurs, il a reconnu le meurtre jeudi, sans donner de motivations.

Elle peut durer jusqu'à 48 heures. Ce vendredi matin, le procureur de la République de Mâcon, Éric Jallet, a annoncé que la garde à vue de l'auteur présumé de l'assassinat d'une adolescente à Clessé en Saône-et-Loire avait été prolongée. 

Le suspect, âgé de 14 ans, était en couple avec la victime. Depuis lundi soir, les deux se voyaient la nuit, entre minuit et 4 heures du matin sans que leurs parents ne le sachent. Jeudi matin à l'aube, une riveraine a découvert le corps sans vie de l'adolescente de 14 ans. "Plusieurs dizaines de traces de coups de couteau sur le haut du torse, sur les épaules, sur le visage et sur le cou. Un couteau est resté planté au niveau de la gorge de la jeune fille, a détaillé jeudi Eric Jallet à l'occasion d'une conférnce de presse. D'autres lésions de défense manifestement portées avec une arme blanche sont également constatées sur les avant-bras de la jeune fille. Au niveau du visage, le nez a été brisé". 

Grâce aux témoignages des camarades de la victime notamment, le suspect avait été rapidement identifié. Scolarisé en classe de 4e au collège Victor Hugo à Lugny comme la victime, il y a été interpellé à 9h45. 

Il a tout de suite avoué l'homicide

Placé en garde à vue, l'adolescent a tout de suite avoué le meurtre. "Ses premières déclarations confirment qu'il a commis les faits d'homicide volontaire. Il reconnaît avoir, comme à son habitude depuis quelques jours, convenu d'un rendez-vous avec cette jeune fille, qu'il s'était muni d'un couteau, qu'il avait discuté avec elle, qu'il avait placé ce couteau dans sa manche et, après avoir discuté quelques instants avec elle, lui avait porté trois coups de couteau au niveau du cou, a relaté le magistrat jeudi. Elle avait tenté de fuir et il l'avait rattrapée, avait tenté de l'étrangler et avait porté à nouveau des coups de couteau, laissant [l'arme] sur place et rentrant chez lui."

Concernant les motivations du suspect, le procureur de la République de Mâcon a dit : "Il pensait vouloir tuer, sans donner plus d'explication."

Lire aussi

Pas d'antécédent judiciaire

Le gardé à vue n'a pas d'antécédent judiciaire, aucune condamnation. "La seule chose que l'on sache, c'est que lui-même avait été victime de violence de la part de son père en janvier. Ces éléments doivent être exploités", avait souligné jeudi le procureur de la République. 


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info