La disparition de Delphine Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : "J'ai raconté n'importe quoi", écrit Cédric à sa nouvelle compagne

La rédaction de LCI
Publié le 20 janvier 2022 à 11h20
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

AFFAIRE - Dans deux nouveaux courriers envoyés récemment à Séverine L., le peintre-plaquiste indique que les confidences faites à son voisin de cellule sur le lieu où serait enterré son ex-femme sont des balivernes.

Cédric Jubillar est-il en train de mener les enquêteurs en bateau ? L'isolement joue-t-il sur ses nerfs ? Brouille-t-il les pistes en multipliant les contradictions ? Ce jeudi, La Dépêche du midi révèle deux courriers que le trentenaire a envoyés il y a quelques jours à sa nouvelle compagne Séverine L. 

Dans ces deux lettres il écrit : "J’ai raconté n’importe quoi à n’importe qui, écrit-il. Maintenant plus de blablatage avec personne, je te le promets…"  Ces "conneries" telles qu'il les décrit concerneraient les confidences qu'il a faites à un Corse, Marco, qui se trouvait comme lui à la maison d'arrêt de Seysses et à qui il aurait confié notamment avoir enterré Delphine Jubillar,  lui indiquant un lieu où se trouverait le corps. 

Il décrit "une enquête sans avancée majeure"

"Marco fait partie des personnes qui m’ont b… [...] avec de faux témoignages voilà pourquoi tu as été en garde à vue. On ne peut avoir confiance en personne […] Il te faut porter plainte contre lui pour dénonciation calomnieuse […] Je lui avais donné ton numéro de téléphone, c'était pour une fois dehors que l’on aille boire un verre mais au final il s’en est servi pour autre chose" explique Cédric Jubillar à Séverine L. comme le rapporte le quotidien.

Le trentenaire indique à sa nouvelle petite amie qu'il aurait été "naïf" en discutant avec son codétenu par les fenêtres de la prison et ajoute qu'il se serait "fait avoir" par ce dernier, en racontant avoir enterré Delphine "dans la ferme qui a brûlé".

Dans ses lettres, Cédric Jubillar pointe également "une enquête sans avancée majeure". "Je me demande si les gendarmes travaillent toujours sur la disparition de ma femme ou si c’est déjà bouclé pour eux", écrit-il. 

Interrogé ce jeudi matin par LCI sur ces courriers, Jean-Baptiste Alary déclare :"Je n'ai pas de commentaire à faire sur ces courriers dont je ne connais pas la teneur exacte ni les conditions de rédaction". Chaque courrier écrit par Cédric Jubillar est systématiquement relu avant d'être envoyé. 

Depuis lundi, des fouilles sont faites aux abords de la ferme qui a brûlé pour tenter de retrouver les corps de Delphine Jubillar mais pour listant, elles n'ont rien donné. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info