La disparition de Delphine Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : aucune trace de sang détectée dans le lave-linge

ALG
Publié le 14 octobre 2021 à 9h28
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ENQUÊTE - Les analyses de l'eau du lave-linge dans lequel Cédric Jubillar a mis à laver la couette de son épouse la nuit où elle a disparu n'ont révélé aucune trace de sang, a confirmé mercredi l'avocat de ce dernier.

"Ce n’est pas vraiment une grande surprise pour nous."  Si les résultats de l’expertise de la couette de Delphine Jubillar ne sont pas encore connus pour l'heure, les analyses de l'eau du lave-linge dans lequel son époux l'a mise à laver la nuit de la disparition de la jeune femme n'ont, elles, révélé aucune trace de sang.

C'est ce qu'a indiqué ce mercredi l'avocat de Cédric Jubillar, à France Bleu Occitanie confirmant une information de la Dépêche du Midi. Rien n’a été trouvé non plus dans le siphon du lavabo de la salle de bain.

"Ils n’ont rien trouvé parce qu’il n’y a rien à trouver dans de l’eau de syphon, il faut être lucide", a ainsi commenté Me Jean-Baptiste Alary.

Le mari entendu vendredi

Ce résultat attendu "ne fait pour le moment que confirmer ce que Cédric Jubillar a toujours dit, c’est qu’il n’a jamais essayé de dissimuler quoi que ce soit, de laver la couette qui aurait prétendument servi à quoi que ce soit", estime encore l'avocat, insistant sur le fait que les résultats de l’expertise de la couette, pièce maîtresse de l’accusation, se font attendre. Et de poursuivre : "On ne peut pas annoncer que cette couette est un élément à charge alors que cela fait neuf mois qu’on attend. Est-ce que c’est du travail sérieux ? Pour moi, la réponse est non !"

Lire aussi

Le mari de l’infirmière tarnaise disparue depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à Cagnac-les-Mines dans le Tarn, doit être entendu par un juge ce vendredi  dans le cadre de l'information judiciaire. En détention provisoire depuis le 18 juin dernier,  il a toujours clamé son innocence.


ALG

Tout
TF1 Info