JUSTICE - Monique Olivier a été mise en examen ce vendredi pour complicité dans l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin en 2003 en Seine-et-Marne. L'ex-épouse de Michel Fourniret affirme que ce dernier a séquestré, violé et étranglé Estelle Mouzin, selon son avocat. Ce dernier a également indiqué que de l'ADN de la fillette aurait été trouvé sur un matelas saisi dès 2003 dans une maison familiale de Ville-sur-Lumes.

Elle devra répondre de sa participation présumée dans l'enquête sur la disparition d'Estelle Mouzin. Monique Olivier, l'ex-femme de Michel Fourniret aujourd'hui âgée de 71 ans, a été mise en examen ce vendredi pour "complicité" dans l'affaire de la fillette disparue à l'âge de 9 ans, le 9 janvier 2003, à Guermantes (Seine-et-Marne), selon son avocat Richard Delgenes.

Extraite mardi matin de sa prison de Fleury-Mérogis et conduite chez la juge Sabine Khéris, qui devait l'interroger jusqu'à ce jour, celle qui a déjà été condamnée à la perpétuité comme complice des crimes de "l'ogre des Ardennes" a de nouveau mis en cause ce dernier, affirmant qu'il avait enlevé Estelle Mouzin avant de l'emmener à Ville-sur-Lumes (Ardennes) pour la séquestrer, la violer et l'étrangler. 

"Il reste des investigations à mener pour découvrir où est le corps", a estimé l'avocat. Ce dernier a également affirmé que des traces ADN d'Estelle Mouzin auraient été trouvées sur un matelas saisi dès 2003 dans la maison familiale de Ville-sur-Lumes. 

Ces révélations constituent "une étape importante", mais "l'essentiel est de retrouver le corps" de la fillette, a réagi Corinne Hermann, avocate de la famille. "Il y aussi un sentiment de colère car ça fait quinze ans qu'on a dit qu'il fallait explorer la piste Fourniret à fond", a-t-elle ajouté. 

Des fouilles infructueuses en juin dernier

L'affaire est revenue au premier plan fin novembre, quand Monique Olivier a contredit devant la juge l'alibi fourni jusqu'alors par son ex-mari pour ce jour de la disparition de la fillette à Guermantes  (Seine-et-Marne). Cette confession avait mené quelques jours plus tard à la mise en examen de Fourniret pour "enlèvement et séquestration suivis de mort". Le 24 janvier, date de sa dernière audition, Monique Olivier avait réitéré ses accusations contre le tueur en série, assurant qu'il avait "bien tué" Estelle Mouzin, évoquant de possibles "repérages" quelques jours avant sa disparition.

Début mars, Michel Fourniret, 78 ans, qui souffre de troubles de la  mémoire, avait finalement formulé des aveux. "Je reconnais là un être qui n'est plus là par ma faute", avait-il déclaré à la juge, estimant "pertinent" que le corps, jamais retrouvé, puisse être dans l'une de ses anciennes propriétés des Ardennes. 

Reste que les fouilles, menées pendant quatre jours fin juin dans une maison ayant appartenu à la sœur de Michel Fourniret, à Ville-sur-Lumes, ainsi que dans le Château du Sautou, n'ont pas permis de retrouver le cadavre.


Alexandre DECROIX

Tout
TF1 Info