La disparition de Delphine Jubillar

Affaire Jubillar : et si le téléphone de Delphine n'avait jamais quitté la maison ?

Aurélie Sarrot
Publié le 21 septembre 2022 à 11h35
JT Perso

Source : TF1 Info

Une nouvelle expertise montre que le portable de l'infirmière est resté aux abords directs de la maison de Cagnac-les-Mines.
Les premières investigations avaient établi qu'il avait borné dans un rayon de 2 km.
Cédric Jubillar a toujours soutenu que son épouse était partie avec son téléphone.

Où est passé le portable de Delphine Jubillar? Depuis la disparition de l'infirmière, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, son époux Cédric a toujours soutenu qu'elle était partie avec cette nuit-là pour sortir leurs chiens. Les premières investigations réalisées par des gendarmes avaient établi que le téléphone avait borné dans un rayon de 2 km autour de la maison tarnaise. 

"Une nouvelle expertise établit que le téléphone de Delphine Jubillar, toujours introuvable à ce jour, n'a jamais quitté la zone du domicile familial rue Yves Montand ou sa proximité immédiate, avant de s'éteindre à 7h48", détaille une source proche de l'enquête à TF1info confirmant une information de RTL

Dernière activation du téléphone à 6h52

En avril dernier, des expertises ordonnées par les juges d'instruction avaient déjà permis d'obtenir plusieurs éléments sur le mobile de marque Huawei de la jeune infirmière. "Son téléphone s'est activé à plusieurs reprises dans la nuit de sa disparition, entre le 15 et le 16 décembre 2020 : à 0 h 07, à 0 h 09, à 1 h 33, et à 6 h 52. La caméra et l'application Whatsapp auraient notamment été activées", avait détaillé alors une source proche du dossier à notre rédaction. 

Le dernier message connu de Delphine Jubillar sur son appareil est celui envoyé à son amant le mardi 15 décembre au soir depuis son domicile via Snapchat. Delphine Jubillar regarde alors la télévision avec son fils. À 4 heures du matin, son mari Cédric Jubillar signale la disparition de sa femme aux gendarmes. Les militaires arrivent à 6h31, peu avant la dernière activation du mobile de la jeune femme.

Le peintre plaquiste, mis en examen le 18 juin 2021 pour meurtre sur conjoint, a-t-il activé le téléphone de sa femme en présence des gendarmes mais loin de leur regard ? Les militaires étaient-ils dans la maison au moment du déclenchement ? Une autre personne est-elle impliquée ? L'appareil s'est-il activé tout seul ? Huawei exclut cette hypothèse. Selon la firme chinoise, ces déclenchements "nécessitent forcément une action humaine et un déverrouillage de l’appareil". "Les enquêteurs n'excluent pas que Cédric Jubillar ait pu utiliser le téléphone de sa femme, même en présence des gendarmes à son domicile", avait précisé déjà en avril la source proche de l'enquête à TF1info.

"Cette expertise n'apporte rien"

Contacté par notre rédaction, Me Alary, l'un des avocats de Cédric Jubillar, s'étonne que cette expertise soit comme révélée "comme par hasard", quelques jours après que les avocats ont déposé une nouvelle demande de remise en liberté de Cédric Jubillar et à trois jours de son nouvel interrogatoire devant les juges d'instruction prévu le 23 septembre. "Tout est calculé, c'est de la manipulation et c'est ainsi", dénonce-t-il. "Sur le fond, qu'apporte cette expertise ? Rien. D'une part, l'expert émet des réserves, il conclut sous réserve. Il nous dit que le téléphone est dans la maison des Jubillar, ou peut-être à proximité de la maison. On sait depuis le premier jour que le dernier bornage de Delphine Jubillar est sur le relais de Cagnac-les-Mines, à proximité de la maison".

Lire aussi

L'avocat estime que cette expertise a été ordonnée "en réaction à un argument avancé" par la défense du peintre-plaquiste. "Cette expertise n'est pas venue pour la recherche de la vérité. Elle a été ordonnée après que nous avons avancé l'argument consistant à dire qu'à 6 h 52 le 16 décembre 2020,  le téléphone de Delphine Jubillar a été manipulé et qu'il l'a été de la main de l'homme. Cédric Jubillar est alors en compagnie des gendarmes, alors oui, ça ne peut-être que lui puisque le téléphone est à proximité direct de la maison ! s'agace Me Alary. Les enquêteurs viennent nous dire que cet homme qui vient de tuer sa femme, d'enterrer le corps je ne sais où, qui vient de rentrer chez lui et d'appeler les forces de l'ordre pour signaler la disparition de sa femme est assez timbré pour manipuler le téléphone de la victime devant les gendarmes et que les gendarmes sont assez mauvais pour le laisser faire !".

La question du téléphone de Delphine Jubillar et de l'expertise devrait être abordée au cours du prochain interrogatoire prévu vendredi à Toulouse.


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info