La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris statue ce vendredi sur l'éventuel retour en détention provisoire de Pierre Palmade.
L'humoriste a été remis en liberté cette semaine.
Il est impliqué dans un accident de la route qu'il a causé sous l'emprise de la cocaïne.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris statue, ce vendredi 10 mars, sur l'éventuel retour en détention provisoire de Pierre Palmade, remis en liberté cette semaine dans l'enquête sur l'accident de la route qu'il a causé sous l'emprise de la cocaïne.

La juge d'instruction de Melun (Seine-et-Marne), en charge de l'enquête, a accédé lundi à une demande de mise en liberté formulée par l'humoriste de 54 ans. Mais le parquet a fait appel dans la foulée avec un référé-détention, qui avait pour effet de suspendre sa sortie, et sur lequel doit se prononcer la chambre de l'instruction.

Sa remise en détention peut être décidée dès vendredi

La cour d'appel de Paris, dont dépend la Seine-et-Marne, a toutefois décidé mardi de ne pas maintenir l'effet suspensif du référé-détention, entraînant la remise en liberté sous contrôle judiciaire de Pierre Palmade, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

L'artiste avait été placé en détention provisoire le 27 février mais n'est jamais physiquement entré en prison : victime d'un AVC deux semaines après l'accident, il a été opéré et est toujours hospitalisé. 

Sa remise en détention peut être décidée dès vendredi matin mais la chambre de l'instruction peut aussi mettre sa décision en délibéré.

Le 10 février, sur une route départementale de Seine-et-Marne, Pierre Palmade conduisait une voiture qui a percuté un véhicule venant en face. Outre le comédien, l'accident a fait trois blessés graves : un homme de 38 ans, son fils de 6 ans et sa belle-sœur de 27 ans, qui a perdu après la collision le bébé qu'elle attendait.

En garde à vue, Pierre Palmade, en proie depuis des décennies à des problèmes de toxicomanie, a reconnu avoir consommé de la cocaïne et des drogues de synthèse avant de prendre le volant, selon le parquet de Melun. Il a été mis en examen pour homicide et blessures involontaires par conducteur ayant fait usage de produits stupéfiants en état de récidive légale. L'enquête se poursuit.


M.M

Tout
TF1 Info