L'affaire Sophie Le Tan

Affaire Sophie Le Tan : Jean-Marc Reiser fait appel après avoir été condamné à la perpétuité

La rédaction de TF1info
Publié le 7 juillet 2022 à 17h29
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Sept à huit

Jean-Marc Reiser, 61 ans, a été condamné mardi par la cour d'assises du Bas-Rhin à la peine maximale qu'il encourait.
Il était jugé pour l'assassinat de l'étudiante Sophie Le Tan en 2018.
Son avocat vient d'annoncer qu'il faisait appel.

Deux jours après sa condamnation, il fait appel. Ce jeudi, Me Pierre Giuriato, avocat de Jean-Marc Reiser a annoncé que son client Jean-Marc Reiser faisait appel. 

Mardi dernier, en fin de matinée et après 2h30 de délibéré, la cour d'assises du Bas-Rhin avait condamné l'accusé âgé de 61 ans à la peine maximale qu'il encourait pour l'assassinat de l'étudiante Sophie Le Tan en 2018 : la réclusion criminelle à perpétuité avec 22 ans de sûreté.

Cette condamnation était conforme aux réquisitions. À l'énoncé du verdict, Jean-Marc Reiser, un multirécidiviste qui faisait face à son 5e jury d'assises après une condamnation pour deux viols en 2003, était resté stoïque, les mains dans le dos, regardant le sol.

"Il n'y avait rien de prémédité", a assuré l'accusé

Avant que la cour ne se retire pour délibérer mardi, Jean-Marc Reiser avait pris la parole une dernière fois à l'audience. 

Debout dans le box, Jean-Marc Reiser avait expliqué qu'il ne pouvait "pas reconnaître en public l’horreur de ce qui a suivi la mort". Il avait poursuivi en précisant qu'il s'était "retrouvé dans une situation" où il a "fait les mauvais choix". "J'aurais sans doute dû appeler les secours et j’ai fait le mauvais choix", avait-il insisté. 

Puis, il était revenu sur les circonstances du crime, évoquant "l'horreur", "le démembrement". "Ça n’était pas avouable", avait commenté Jean-Marc Reiser devant les proches de la victime. "C’est pour ça qu’il m’a fallu tellement de temps pour reconnaître ce qui s’était passé ce jour-là. Je ne pouvais pas avouer ça (...) Mais dans cette fureur, cette violence, il n’y avait rien de prémédité. Je n’en voulais pas particulièrement à Sophie Le Tan. Je n’avais rien contre elle, je n’avais pas de mobile pour la tuer. J’ai réagi aux insultes, au mépris". 

"Je voudrais être jugé non pas comme le monstre, mais comme un justiciable comme les autres", avait-il dit également.

Sophie Le Tan a disparu le 7 septembre 2018, jour de ses 20 ans, après être allée visiter l'appartement de Jean-Marc Reiser à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Cerné par les preuves, il a fini par reconnaître début 2021 avoir tué et démembré Sophie, des aveux maintenus au procès.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info