Plusieurs personnes avaient cru apercevoir Xavier Dupont de Ligonnès dans le Doubs, en mars dernier.
Des analyses ont alors été faites sur des canettes.
Les résultats sont tombés ce lundi : il ne s'agissait pas de l'homme recherché depuis 13 ans.

Fausse alerte dans l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès. L'ADN analysé dans le Doubs après un signalement réalisé en mars dernier ne correspond pas à celui de l'homme recherché pour un quintuple homicide en 2011, a indiqué lundi 15 avril le parquet de Nantes.

Les services d'enquête vérifient tous les signalements

Ces dernières semaines, les gendarmes avaient prélevé des canettes bues par un visiteur qui s'était rendu au sein de la communauté des sœurs dominicaines de Béthanie, à Montferrand-le-Château, près de Besançon (Doubs). Plusieurs personnes avaient trouvé une ressemblance avec Xavier Dupont de Ligonnès.

"Je vous informe que les analyses réalisées ont permis d'extraire un ADN", a confirmé le procureur de la République de Nantes Renaud Gaudeul à TF1-LCI. "Celui-ci a été comparé à celui de Xavier Dupont de Ligonnès. Les deux profils ADN ne correspondent pas."

Quelque 13 ans après les faits, les investigations se poursuivent. "Le magistrat instructeur et les services d'enquête saisis poursuivent leurs investigations et les fastidieuses mais minutieuses vérifications de tous les signalements reçus", ajoute le procureur. Suspecté d'avoir tué en avril 2011 sa femme et ses quatre enfants, dont les corps ont été retrouvés à Nantes sous la terrasse de la maison familiale, Xavier Dupont de Lignonnès n'a jamais été retrouvé. L'enquête n'a pas déterminé s'il était mort ou en fuite.


I.N avec AFP

Tout
TF1 Info