VIDÉO - Agression de Samara : les trois mineurs mis en examen pour tentative d'homicide volontaire

par T.A.
Publié le 5 avril 2024 à 15h16, mis à jour le 29 avril 2024 à 12h19

Source : JT 13h WE

Samara, une collégienne de 13 ans, a été violemment agressée mardi devant son collège à Montpellier (Hérault).
Trois suspects, tous mineurs, ont été déférés après avoir reconnu "avoir porté des coups à la victime", selon le parquet.
Ils ont été mis en examen ce vendredi soir.

Ils admettent avoir frappé Samara à la sortie du collège. Cette jeune fille de 13 ans a été violemment agressée devant son établissement de Montpellier (Hérault), mardi après-midi. L'affaire a pris une ampleur nationale, la ministre de l'Éducation Nicole Belloubet lançant une enquête administrative avec l'envoi de deux inspecteurs directement sur le site ce vendredi. Sur le plan judiciaire, trois suspects étaient entendus par les policiers dans le cadre de cette enquête. Ils ont été mis en examen ce vendredi soir pour "tentative d'homicide volontaire" et placés sous contrôle judiciaire, a annoncé le procureur de Montpellier.

Ces trois mineurs, qui avaient été interpellés et placés en garde à vue mercredi, avaient tous reconnu avoir frappé Samara, avait précisé auparavant le procureur de Montpellier, Fabrice Belargent, qui avait requis le placement en détention provisoire du plus âgé des trois agresseurs. Une demande rejetée donc par le juge des libertés et de la détention. Le mineur de 15 ans a également été mis en examen pour des faits de violence antérieurs, également sur mineure de 15 ans, a précisé le procureur de Montpellier dans son communiqué vendredi soir, sans indiquer si cette victime est également Samara. 

Une agression dans un contexte d'invectives entre adolescents

Les mesures du contrôle judiciaire prises à l'encontre de ces trois mineurs, une jeune fille de 14 ans et deux garçons de 14 et 15 ans, leur interdisent d'entrer en relation avec leur victime, de retourner dans leur collège respectif et de détenir ou porter une arme.

Samara, elle, a été brièvement entendue par les enquêteurs "compte tenu de son état de santé". Selon le communiqué, elle "a confirmé les violences dont elle a fait l'objet et en a révélé d'autres, commises quelques jours auparavant par l'un des trois mis en cause". Toutefois, elle n'a pour le moment pas fait mention de faits de harcèlement sur le long terme. 

D'après les premières investigations, cette agression s'inscrirait "dans un contexte d'un groupe d'adolescents qui avaient pour habitude de s'invectiver et de mettre en ligne leurs photographies respectives et celles de tiers sur des groupes de discussion créés sur des messageries instantanées". Une "tension" qui serait au cœur de l'affaire qui agite ce collège de l'Hérault depuis le début de la semaine.

La rectrice de l'académie de Montpellier, Sophie Béjean, a annoncé vendredi soir l'ouverture de procédures disciplinaires à l'encontre des "trois élèves mineurs mis en cause dans cette affaire". "Les conseils de discipline seront réunis au plus vite, dans le respect des délais réglementaires", ajoute-t-elle. Dans l'attente de ces procédures, "l'accès à leur établissement respectif leur est strictement interdit".

Une cellule d'écoute psychologique et une équipe mobile académique étaient maintenues ce vendredi au sein de l'établissement.


T.A.

Tout
TF1 Info