Alpes-Maritimes : un héritier fortuné soupçonné d'avoir tué et placé sa femme dans un frigo

Aurélie Sarrot
Publié le 22 septembre 2022 à 17h50
JT Perso

Source : TF1 Info

Un homme a été mis en examen mardi pour "homicide par conjoint".
Domicilié à Mandelieu-la-Napoule, ce Danois âgé de 32 ans est soupçonné d'avoir tué sa compagne avant de placer son cadavre dans un frigo.
Deux hommes, qui devaient amener l'appareil à la déchèterie, ont découvert le corps.

Sans l'intervention de ces déménageurs d'un jour, le corps de la victime aurait pu finir au milieu des poubelles. Samedi dernier, deux hommes qui transportaient un réfrigérateur hors d'usage à la déchèterie à la demande d’un ami danois domicilié à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) ont été importunés par une odeur nauséabonde. Intrigués, ils ont appelé leur ami pour le questionner sur le contenu du frigo. Ce dernier leur aurait alors répondu qu'il avait qu’il avait tué un chien et déposé son cadavre à l'intérieur. Sceptiques, les deux hommes ont décidé de forcer le cadenas qui fermait le frigidaire. À l'intérieur : le corps du chien mais aussi celui d'une femme. 

Face aux deux cadavres et ne sachant que faire, les deux hommes ont appelé leur avocat qui a immédiatement alerté le commissariat de police d’Antibes. Dépêchée au domicile d’un des individus à Antibes, où était stationné le fourgon, la patrouille découvrait le réfrigérateur et son contenu. L’antenne de Nice de la police judiciaire a aussitôt été saisie des faits tandis que le fourgon et son contenu étaient transportés à l’Institut médico-légal de Nice. 

Dans le même temps, les deux individus, défavorablement connus des services de police, étaient placés en garde à vue dès le samedi soir tandis que le domicile du Danois de 32 ans situé à Mandelieu-la-Napoule était placé sous surveillance. "Le RAID a procédé à son interpellation le dimanche 18 septembre 2022 à 06 h 05, heure de son placement en garde à vue pour meurtre. Les gardes à vue des deux autres individus étaient quant à elles levées ce même jour" a informé le parquet de Grasse. 

"Il n'a donné aucune explication"

Au cours de la perquisition au domicile du Danois, les enquêteurs ont découvert de nombreuses armes chargées, des produits stupéfiants et le cadavre de chiot dans un congélateur. L'autopsie pratiquée sur le corps de la victime lundi dernier a permis de conclure à une mort par arme à feu, suite à une blessure crânienne. "Face aux enquêteurs, l’intéressé n'a donné aucune explication quant aux circonstances des faits. Son examen psychiatrique a conclu à son entière responsabilité pénale", a souligné le parquet de Grasse. 

 À l'issue de la mesure de garde à vue, le trentenaire a été mis en examen pour "homicide par conjoint", "détention d’armes et de munitions de catégorie B, "détention de produits stupéfiants" en l'occurrence de la cocaïne et de la résine de cannabis et "sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif ayant entrainé la mort". Il a été placé en détention provisoire. 

Une dispute à propos d'un chiot maltraité?

Le mis en cause était déjà connu des services de police pour un antécédent judiciaire, à savoir des faits de mauvais traitement à un animal pour lesquels il avait fait l’objet d’une garde à vue le 8 septembre 2022. À l’issue de celle-ci, il avait écopé d'une contravention de 4ème classe. Selon les informations de Nice Matin, le Danois prénommé Pilou C. se serait, le 7 septembre dernier, "déchaîné sur un chiot de race Bull terrier sur le parking d'un supermarché". La scène avait été filmée par plusieurs caméras de vidéosurveillance. L'association Au service des animaux 06, qui a pris en charge l'animal maltraité, rapporte à nos confrères que le Danois n'a jamais cherché à récupérer son canidé, acheté 6 000 euros sur une plateforme hongroise. La compagne de ce dernier ne voulait, selon elle, "pas croire" à de telles violences jusqu'à ce qu'elle voie les images de vidéosurveillance. Cet évènement a-t-il entraîné une dispute ? La jeune Danoise, âgée d'une vingtaine d'années et prénommée Sasia, est-elle morte à cette occasion ?  Aux enquêteurs de l'établir. 

Lire aussi

Incarcéré depuis mardi, le mis en cause n'a pas livré plus d'explication. Selon nos confrères, il avait hérité d'une importante fortune et ne travaillait pas. Depuis décembre, il louait une villa sur les hauteurs de Mandelieu-la-Napoule et se déplaçait alternativement avec l'un ou l'autre de ses deux Porsche.


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info