Refus d'obtempérer dans les Alpes-Maritimes : le migrant atteint par le tir d'un policier est décédé

La rédaction de TF1info
Publié le 16 juin 2022 à 12h31, mis à jour le 16 juin 2022 à 15h47
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Dans la nuit de mardi à mercredi 15 juin, des policiers ont tiré sur une voiture qui leur aurait foncé dessus dans les Alpes-Maritimes.
L'un des passagers, une personne migrante, a été atteinte par une balle.
Hospitalisée avec un pronostic vital engagé, elle n'a pas survécu à ses blessures.

Le migrant qui avait été atteinte par un tir de policier dans la nuit de mardi à mercredi 15 juin et dont le pronostic vital était engagé après avoir été touché par le tir d'un policier dans la nuit est décédée, a appris la rédaction de LCI-TF1 ce jeudi matin. L'événement s'est produit lors d'une course-poursuite dans les Alpes-Maritimes, longue de 40 km entre Sospel et Nice, qui s'est terminée par le tir des forces de l'ordre. 

Le pronostic vital engagé de la victime

Dans un communiqué  mercredi soir, le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme détaillait la succession d'événement qui auraient conduit à ce drame. Selon ses informations, les services de la police aux frontières de Menton ont été avisés par leurs homologues italiens du passage à la frontière d'une camionnette frigorifique transportant des étrangers en situation irrégulière. Cette camionnette était localisée à 1h30 sur la commune de Sospel où elle refusait une première fois d'obtempérer aux injonctions de s'arrêter des effectifs de la police aux frontières, engageant une course-poursuite avec les forces de l'ordre avant d'être ralenti par un autre véhicule sur la commune de Cantaron.

"D'après les premiers éléments de l'enquête, et sous réserve des investigations en cours, l'un ds fonctionnaires de police positionné face aux véhicules en fuite aurait mis pied à terre et sorti son arme de service tout en restant en protection derrière la portière du véhicule de service, continuait le magistrat. C'est alors que la camionnette aurait accéléré en direction du véhicule de police et que le policier aurait fait usage de son arme à quatre reprises sur le véhicule qui parvenait à prendre la fuite avant d'être abandonné par son conducteur et les deux passagers dans le quartier de Moulins à Nice."

Le procureur de la République de Nice ajoutait que "les premières constatations réalisées sur le véhicule ont permis de constater deux impacts de balles, le premier au niveau du feu avant, le second au-dessus du pneu avant, transperçant le container frigorifique." 

Le magistrat précisait qu'à l'intérieur du véhicule se trouvaient cinq personnes en situation irrégulière, dont une blessée par balle au niveau de la tête. "La victime de nationalité égyptienne, âgé de 35 ans, a été transportée en urgence vitale absolue à l'hôpital Pasteur de Nice".

Deux enquêtes distinctes

Le procureur informait par ailleurs que deux enquêtes distinctes ont été immédiatement ouvertes. 

L'une des chefs d'"aide à l'entrée et à la circulation en France d'étrangers en situation irrégulière dans des conditions incompatibles avec la dignité humaine, refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger d'autrui et tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique". Celle-ci a été confiée à ce stade à la Direction départementale de la police aux frontières. 

L'autre enquête a été ouverte du chef de "violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique suivie d'incapacité supérieure à huit jours. Celle-ci a été confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info