Une information judiciaire a été ouverte dans l'affaire des tags de mains rouges retrouvées sur le Mémorial de la Shoah.
Les enquêteurs creusent la piste de trois suspects en fuite à l'étranger.

La procureure de la République de Paris Laure Beccuau a annoncé lundi avoir "ouvert une information judiciaire vendredi" pour poursuivre les investigations sur les tags de mains rouges au Mémorial de la Shoah à Paris. Les enquêteurs, désormais sous l'égide d'un juge d'instruction, creusent la piste de trois suspects en fuite à l'étranger, sur fonds de soupçons manipulation étrangère. 

Interrogée sur la piste d'une éventuelle ingérence étrangère, la magistrate a indiqué ne pas pouvoir "confirmer" cette hypothèse. "Nous avons des pistes sur les auteurs", a-t-elle déclaré sur France Info, précisant ne pas être en mesure "d'adopter ce terme" à ce stade. "Je ne souhaite pas le dire tout de suite, et je ne me sens pas en capacité", a-t-elle expliqué.

Vive indignation

Dans la nuit du 13 au 14 mai, 35 tags représentant des mains rouges ont été peints sur le Mur des Justes, à l'extérieur du Mémorial, où sont apposées des plaques portant les noms des 3900 hommes et femmes qui ont contribué à sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

La vandalisation a suscité une vive indignation, dans la communauté juive, et jusqu'au sommet de l'État, alors que la symbolique des mains rouges taguées avait déjà été au cœur d'une polémique fin avril. Emmanuel Macron avait ainsi dénoncé "l'atteinte à la mémoire" des victimes de la Shoah et des Justes et promis une République "inflexible face à l'odieux antisémitisme". 

Après cet acte de vandalisme, une enquête a été ouverte pour dégradations volontaires sur un bien classé et en raison de l'appartenance à une nation, ethnie, race ou religion. La vidéosurveillance a permis aux policiers de la Sûreté territoriale de Paris de repérer trois suspects et de "retracer (leur) cheminement" jusqu'à un hôtel parisien, dans le XXe arrondissement, "puis leur départ vers la gare routière de Bercy et leur départ pour la Belgique", indiquait mercredi le parquet de Paris.


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info