L'affaire Sophie Le Tan

Assassinat de Sophie Le Tan : Jean-Marc Reiser condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

Publié le 5 juillet 2022 à 11h59, mis à jour le 5 juillet 2022 à 13h25
JT Perso

Source : Sept à huit

Jean-Marc Reiser est jugé depuis le 27 juin devant pour l'assassinat de Sophie Le Tan, 20 ans.
Ce mardi, la cour d'assises du Bas-Rhin l'a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans.

Il aura fallu un peu moins de trois heures aux magistrats et aux jurés pour délibérer. Ce mardi, un peu avant midi, la cour d'assises du Bas-Rhin a condamné Jean-Marc Reiser à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d’une période de sûreté de 22 ans.  La cour a suivi les réquisitions du parquet qui avait requis lundi la peine maximale à l'encontre de l'accusé âgé de 61 ans. 

Le sexagénaire est également inscrit au fichier des délinquants sexuels, a l'interdiction de détenir une arme pendant 15 ans. 

Jean-Marc Reiser était jugé depuis le 27 juin devant pour l'assassinat de Sophie Le Tan, 20 ans, en 2018 à Schiltigheim.

À l'énoncé du verdict, Jean-Marc Reiser est resté stoïque, main dans le dos, regard vers le sol.

La mère de Sophie Le Tan "rassurée de savoir qu'il ne fera plus de mal"

Après l'énoncé du verdict, les réactions ont été nombreuses. Laurent Tran, cousin de Sophie Le Tan a exprimé un "soulagement après que " tous les chefs d'accusation ont été retenus" à l'encontre de l'accusé."La justice a été rendue, la famille va pouvoir avancer après quatre années de souffrance", a-t-il dit.

4 ans de souffrance, nous avons une condamnation exemplaire 

La maman de Sophie Le Tan a rappelé que la perte Sophie n'était "pas mesurable" et qu'elle vivait "hantée par l'horreur". Elle s'est dit par ailleurs "satisfaite de la peine" et "rassurée de savoir "que Jean-Marc Reiser "fera plus de mal".

Maître Giuriato, avocat de Jean-Marc Reiser, a estimé que cette sanction était"à la hauteur de la souffrance de la famille" mais a considéré que la "peine" était "trop forte". Selon lui, il n'y a pas eu pas de préméditation" et son client "s'attendait à une peine moins lourde. L'avocat a indiqué qu'ils envisageaient de faire appel.

"Elle aurait pu être ma fille"

Ce mardi matin, dans sa dernière prise de parole, Jean-Marc Reiser avait assuré qu'"il n'y avait  aucun acte délibéré" de sa "part le jour des faits ni les jours précédents"

"Je ne sais toujours pas aujourd’hui ce qui s’est passé dans ma tête ce matin-là, j’espère toujours de comprendre. Je me suis replié dans le déni pendant deux et demi, je n’arrivais pas à admettre que j’avais tué une jeune fille de 20 ans qui aurait pu être ma fille" avait ajouté avant de réclamer une peine "juste". 

Plusieurs questions restent sans réponse

La jeune étudiante Sophie Le Tan avait disparu le 7 septembre 2018, jour de ses 20 ans, après être allée visiter l'appartement de M. Reiser à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Cerné par les preuves, M. Reiser a fini par reconnaître début 2021 avoir tué et démembré la jeune étudiante, des aveux maintenus au procès.

Reste une inconnue : comment Sophie est-elle morte ? A-t-elle subi des violences sexuelles ? Les questions ont été soulevées durant les débats, même si M. Reiser n'était pas poursuivi pour viol. "Que s'est-il passé ? Lui seul le sait (...) On n'a que la version 'reiserienne'", a déploré Me Gérard Welzer, autre avocat des parties civiles.

Jean-Marc Reiser a dix jours pour faire appel.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info