Interpol, l'Organisation internationale de police criminelle, a émis mercredi une "notice rouge" pour le fugitif Mohamed Amra, après l'attaque mortelle d'un fourgon pénitentiaire la veille dans l'Eure.
Quelles sont les implications pour les recherches ?
On fait le point.

Il est activement recherché par toutes les polices, en France et désormais à l'étranger. Interpol a émis ce mercredi une "notice rouge" concernant Mohamed Amra, le détenu en fuite depuis l'attaque d'un fourgon, la veille dans l'Eure, qui a fait deux morts et trois blessés chez les agents pénitentiaires. 

Alors que la traque du fugitif se poursuit, l'Organisation internationale de police criminelle a diffusé cette notice via son compte X, en début d'après-midi. 

En quoi consiste cette fiche et quelles sont les implications ? 

Localiser le suspect en vue d'une extradition depuis l'étranger

Dans les faits, Interpol n'émet pas de mandats d'arrêt et ne peut déclencher ni enquêtes ni poursuites, mais les pays membres et les tribunaux internationaux peuvent demander la publication de "notices rouges". Concrètement, ces avis de recherche internationaux s'appuient sur des mandats d'arrêt nationaux, dont les informations qu'ils contiennent sont transmises aux autres membres via une base de données sécurisée. "Les notices rouges concernent les fugitifs recherchés dans le cadre de poursuites ou afin qu'ils purgent leur peine", peut-on lire sur le site officiel de l'organisation. "Une notice rouge consiste à demander aux services chargés de l'application de la loi du monde entier de localiser et de procéder à l'arrestation provisoire d'une personne dans l'attente de son extradition, de sa remise ou de toute autre procédure judiciaire."

Les "notices" ne sont pas contraignantes. Interpol se contente de transmettre une demande d'un pays à un ou plusieurs autres. En cas d'accord sur les demandes d'extradition, le pays où le suspect est retrouvé peu restituer ce dernier aux autorités. Depuis sa création, en 1923, la mission de l'Organisation internationale de police criminelle est de promouvoir la coopération entre les polices, selon quatre grands principes : "la souveraineté nationale, le respect des droits de l'homme, la neutralité et la coopération constante et active". En revanche, "toute activité ou intervention dans les questions ou affaires présentant un caractère politique, militaire, religieux ou racial lui est rigoureusement interdite", stipule l'article 3 de son statut.


V.M

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info