Attaque d’un policier à Notre-Dame de Paris

La cathédrale Notre-Dame, symbole visé pour la deuxième fois en quelques mois

Publié le 6 juin 2017 à 19h54
La cathédrale Notre-Dame, symbole visé pour la deuxième fois en quelques mois

SOUVENEZ-VOUS - C’est la deuxième fois en quelques mois que la cathédrale Notre-Dame de Paris est le théâtre d’une attaque. C'est que ce haut lieu du culte catholique est un puissant symbole étroitement lié à l'histoire de France.

Un assaillant agresse un policier à coups de marteau, avant d’être blessé par des tirs de riposte. L’attaque a eu lieu ce mardi vers 16 h 20. Et s’est produite dans un lieu emblématique de Paris : sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. 

C’est la deuxième fois en quelques mois que la cathédrale de Paris est le siège d’une attaque. Le lieu est, il est vrai, symbolique. D’abord par sa signification religieuse, symbole d’une Europe "croisée" combattue par la propagande de l’Etat islamique. 

Le 4 septembre 2016, une berline stationnée devant un café, chargée de cinq bonbonnes de gaz et de trois bidons de gasoil avait été découverte par les forces de l’ordre. Le véhicule, de marque Peugeot 607 et dépourvu de plaque d’immatriculation, était stationné dans le Ve arrondissement, quai de Montebello, près de la cathédrale Notre-Dame, très prisée des touristes. A la suite de cette découverte, un commando de trois femmes de 19, 23 et 39 ans, téléguidé de Syrie par l'EI selon le procureur, avait été arrêté dans l'Essonne quelques jours après, le 8 septembre. 

Lire aussi

Un édifice lié à l'Histoire de France

Le monument est un édifice emblématique de la France et le monument historique le plus visité du pays. Environ 13 millions de pèlerins et de visiteurs chaque année, soit une moyenne de plus de 30.000 par jour - jusqu'à 50.000 personnes en période de grande affluence - pénètrent dans ce chef-d'oeuvre de l'architecture gothique situé sur l'île de la Cité, au cœur du Paris médiéval.

Au cours de la Révolution française, de nombreux actes de vandalisme ont visé l'édifice catholique, qui voit sa flèche démontée, son trésor pillé et les grandes statues du portail détruites. Les révolutionnaires y ont même organisé un "Culte de la raison" le 10 novembre 1793, peu avant que le culte catholique ne soit interdit à Paris. La cathédrale se retrouve transformée en entrepôt, avant d’être rendue au culte en 1802. La cathédrale sera, au siècle suivant, épargnée par les deux conflits mondiaux.

Au rythme des grandes tragédies du pays

En ses murs ont été célébrés la victoire de la Seconde Guerre mondiale, le début du procès de réhabilitation de Jeanne d'Arc, le mariage d'Henri de Navarre, futur Henri IV, avec Marguerite de Valois, le sacre de Napoléon Ier et, plus récemment, les cérémonies funèbres en l'honneur de chefs d'Etat, comme Raymond Poincaré et le général de Gaulle, et de grands personnages, comme Paul Claudel ou l'Abbé Pierre.

Très prisée des touristes, cette cathédrale continue d'assurer ses fonctions d'édifice religieux : cinq offices y sont célébrés quotidiennement, et sept les dimanches. Elle est aussi le point de départ kilométrique de toutes les routes nationales qui partent de Paris.

Attaque à Notre-Dame : l'assaillant a crié "c'est pour la Syrie" lors de l'agression du policierSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Encore ces derniers mois, l'édifice a vécu au rythme des tragédies du pays, sonnant par exemple le glas au lendemain de l'assassinat des caricaturistes du journal satirique Charlie Hebdo en janvier 2015. Les plus hautes autorités civiles et religieuses s'y étaient aussi rassemblées en juillet 2016 pour une messe d'hommage au père Jacques Hamel, égorgé par deux djihadistes dans son église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen.

La cathédrale est par ailleurs sitée à proximité du 36, quai des Orfèvres, siège névralgique de la police judiciaire de Paris et la préfecture de police de Paris et est en tant que telle étroitement quadrillée par les forces de l'ordre.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info